Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Baidu veut convertir la Chine aux objets connectés

Le moteur de recherche chinois Baidu part à l'assaut du marché des objets connectés : il veut concurrencer les Google Glass du géant du net américain avec son Baidu Eye. Il a également présenté une paire de baguettes intelligentes, capables de détecter la présence de produits toxiques dans l'assiette de leur utilisateur. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Baidu veut convertir la Chine aux objets connectés
Baidu veut convertir la Chine aux objets connectés © Baidu

Le moteur de recherche chinois Baidu s'inspire de la stratégie de Google et des autres géants du net américain : l'entreprise 100% numérique à l'origine se lance dans la production d'objets connectés physiques. Elle a présenté le 3 septembre 2014 à Pékin, lors de sa conférence technologique annuelle, son Baidu Eye, qui pourrait concurrencer en Chine les Google Glass.

Cet appareil n'est pas une simple copie de la technologie de Google. Baidu à réinterprété le concept : l'œil numérique du groupe chinois ressemble plus à un serre-tête qu'à une paire de lunettes, car il n'a pas de verre. La société a voulu minimiser le stress visuel généré par son outil futuriste. Les informations qu'il capte sont envoyées directement sur le smartphone de son utilisateur, via une application mobile dédiée.

Reconnaissance gestuelle

La branche droite du Baidu Eye est équipée d'un écouteur, et la gauche dispose d'une mini-caméra. Sur l'appareil est installé un système de reconnaissance vocale et gestuelle. Ladite caméra peut prendre des clichés et filmer son environnement lorsque l'utilisateur le lui demande. Dans la vidéo ci-dessous de CCTV, une jeune fille entoure de la pointe de son doigt un sac à main. Le Baidu Eye le photographie et est capable de retrouver le sac sur un site de e-commerce. La femme peut comparer les prix et acheter le produit sur le web.

Baidu a aussi provoqué la surprise en présentant un objet connecté original : une paire de baguettes, qui sauront à terme détecter les produits toxiques présents dans la nourriture de leur utilisateur. Pour l'instant, elles peuvent analyser la qualité de l'huile qui imbibe les aliments. S'il y a danger, un témoin lumineux s'allume sur les baguettes.

Partenariats avec des industriels locaux

Mais Baidu ne veut pas se contenter de produire des outils intelligents, il souhaite également créer un système d'exploitation global, qui pourrait être utilisé par toute une série d'appareils. En février 2014, il a annoncé un partenariat avec le site de e-commerce chinois JD.com. Les deux entreprises ont lancé la plate-forme open source Baidu Inside. Sur ce site, les industriels qui fabriquent des objets connectés peuvent accéder aux technologies de Baidu, pour le stockage de leurs données dans le cloud, la reconnaissance faciale, la géolocalisation, l'assistance vocale... Les appareils qui utilisent ces outils techniques sont siglés Baidu Inside et JD +.

La plate-forme fait déjà équipe avec plusieurs industriels locaux. Reste à savoir si Baidu va se contenter du marché chinois, ou s'il va essayer de marcher sur les plates-bandes de ses rivaux internationaux.

Lélia de Matharel

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media