Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Baromètre du numérique] Une majorité de Français se connecte à internet sur smartphone

Étude Infographie Le Baromètre du numérique révèle un usage croissant des smartphones puisque 77% des Français en détiennent et plus de la moitié des Français l'utilise pour se connecter à internet. Toutefois, l'Arcep met en garde contre un usage contraint des smartphones que ce soit au niveau du choix sur le système d'exploitation ou du navigateur web utilisé.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

[Baromètre du numérique] Une majorité de Français se connecte à internet sur smartphone
[Baromètre du numérique] Une majorité de Français se connecte à internet sur smartphone © Apple

L'Arcep, le Conseil général de l'économie (CGE) et l'Agence du Numérique publient mercredi 27 novembre 2019 le Baromètre du numérique. Cette enquête annuelle revient sur la diffusion des outils numériques et l'évolution de leurs usages. Au niveau des "équipements émergents", place aux objets connectés. 16% des Français en détiennent un, et 9% des Français disposent d'une enceinte avec un assistant vocal . Cette année, l'Arcep s'est plus précisemment penchée sur l'usage des smartphones et la liberté de choix des utilisateurs quant au système d'exploitation ou au moteur de recherche.

 

Le transfert de données, un sujet encore complexe

Des applications plus utilisées

 

De nombreux Français utilisent quotidiennement leur smartphone. Cela se retranscrit par un boom de l'usage des applications : les appels sur les applications augmentent de 15 points et sont réalisés par 61% des personnes dotées d'un smartphone ; les messageries instantanées sont plébiscités par 78% des personnes (+12 points) ; les applications de vidéo à la demande sont utilisées par 36% des détenteurs d'un smartphones (+11 points). Ce dernier usage peut notamment s'expliquer par le développement de ces plates-formes et leur multiplication.

77% des Français possèdent un smartphone en 2019 contre 75% l'année précédente. Parmi ces personnes, 94% l'utilisent quotidiennement, preuve que cet objet est largement utilisé. A l'inverse, le désamour pour les téléphones fixes se fait croissant : 80% des Français en détiennent un (-4%) et seulement 23% d'entre eux l'utilisent quotidiennement.

 

Toutefois, cet usage du smartphone est assez contraint. S'agissant des systèmes d'exploitation, près de la totalité des Français (99%) utilisent l'un des deux systèmes dominants (iOS ou Android). Et une très grande majorité (73%) des détenteurs d'un smartphone disent qu’avoir la possibilité de transférer ses données est important à l’achat d’un nouveau smartphone.

 

Pourtant, cette possibilité n'est pas encore offerte aux usagers qui souhaitent passer d'un système d'exploitation à l'autre. Souvent, il est à la charge de l'utilisateur de transférer lui-même ces données. Même si différentes plates-formes cloud peuvent favoriser ces transferts, il reste compliqué pour de nombreux utilisateurs de le faire eux-mêmes.

 

Un navigateur web imposé

Si une majorité de Français utilise leur smartphone pour se connecter à internet (51%), 66% des personnes interrogées n'ont jamais testé un autre navigateur que celui installé par défaut sur leur smartphone. Mais, parmi le tiers ayant testé un autre navigateur, 55% ont changé. Ces résultats vont dans le sens de l'Arcep qui milite pour garantir une plus grande liberté de choix aux utilisateurs.

 

Un sujet d'autant plus important alors que Google a été condamné par la Commission européenne pour abus de position dominante : la filiale d'Alphabet a exigé des fabricants qu'ils préinstallent l'application Google Search et son navigateur comme condition à l'octroi de la licence pour accéder à Play Store utilisé sur les Android. Les Etats-Unis ont plus récemment ouvert une enquête sur Google qui est accusé de profiter de la position dominante de son moteur de recherche pour orienter à leur insu les consommateurs vers ses propres produits et services au détriment de ceux de ses concurrents. Un sujet pour lequel la firme de Moutain View a déjà été condamnée par la Commission européenne en 2017 : le gendarme européen a jugé que Google manipulait manipule les résultats de son moteur de recherche pour systématiquement favoriser son service Google Shopping au détriment de la concurrence.

 

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media