Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Boeing diminue ses émissions de CO2 grâce au big data et aux technologies logicielles

Entretien En cette année de COP21, l’environnement est l’une des thématiques majeures du salon du Bourget. Julie Felgar, responsable de l’environnement chez Boeing, explique à L’Usine Nouvelle les principaux enjeux pour l’aéronautique.

mis à jour le 16 juin 2015 à 15H56
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Boeing diminue ses émissions de CO2 grâce au big data et aux technologies logicielles
Boeing 787-9 au Bourget (2015) © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Boeing veut faire savoir son engagement en faveur de l’environnement. L’avionneur américain a pour objectif de réduire de 50% les émissions de ses appareils d’ici 2050 via une batterie de solutions. De quoi limiter les émissions de CO2 de ses avions et, dans le même temps, de permettre aux compagnies aériennes de réduire leur facture en carburant. Celle-ci représente plus du tiers du coût d’exploitation d’un appareil. On comprend mieux, outre les considérations strictement environnementales, l’intérêt des industriels...

 

Comment le constructeur américain compte-t-il atteindre son objectif ? En particulier grâce aux biocarburants, pour lesquels 19 projets sont en cours de réalisation. Boeing dit être très actif en termes de biocarburant : en décembre 2014, le groupe a fait voler un 787 de démonstration, l’ecoDemonstrator, avec un carburant contenant 15% de diesel vert et 85% de kérosène dans le moteur gauche. Mais Boeing mise aussi beaucoup sur les technologies numériques.

 

Les précisions avec Julie Felgar, responsable environnement de Boeing.

 

L'Usine Digitale - Quelles sont les ambitions du secteur aéronautique en matière d’environnement ?

 

Julie Felgar - Le secteur représente aujourd’hui environ 2% des émissions mondiales de CO2. Mais si rien n’est fait cette part pourrait croître. Le trafic aérien, avec une croissance de 5% par an, va être multiplié par deux d’ici 20 ans. Quant aux émissions de CO2, elles augmentent de 2,5% par an. Or l’objectif du secteur est d’atteindre une croissance neutre en carbone en 2020, malgré la hausse du trafic.

 

Que fait Boeing pour y parvenir ?

 

Le premier levier consiste à agir au niveau des matériaux et de l’aérodynamisme de nos appareils afin de réduire la consommation de carburant. Le deuxième levier est lié aux technologies numériques, en particulier au big data. Grâce aux logiciels d’Air trafic management [en français, gestion du trafic aérien], les avions peuvent effectuer des trajectoires plus directes par exemple. Les technologies digitales nous servent d’ailleurs pour développer de nouveaux services au niveau des compagnies aériennes. Enfin, nous avons de grandes ambitions dans le développement des biocarburants. Il y a une capacité de production de diesel vert de 3 milliards de litres aux États-Unis, en Europe et en Asie. Ce qui pourrait satisfaire jusqu’à 1% de la demande mondiale en carburant aéronautique.

 

Pourriez-vous vous rapprocher d’un acteur du numérique ?

 

Les technologies numériques sont primordiales. Mais nous ne prévoyons pas pour le moment de rapprochement. Nous avons en revanche fait l’acquisition durant l’été 2014 de la start-up anglaise ETS Aviation. Elle est spécialisée dans les solutions logicielles visant à diminuer la consommation de carburant des appareils.

 

Où en est le projet de créer un système d’échange de quotas de CO2 pour le secteur aérien ?

 

Ce système n’a pas encore pu voir le jour. Mais en 2013, l’Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) a évoqué la possibilité de bâtir un tel système à l’échelle mondiale. Il  pourrait être opérationnel dès 2020.

 

Olivier James 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale