Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Bpifrance se lance à l’assaut de "l’énigme PME" en ouvrant ses données

500 000 entreprises, 14 ans de données, l’historique de tous les projets et outils mobilisés par Bpifrance et les structures financières dont elle est issue. C’est l’offre que la banque publique met à disposition des chercheurs en open data sécurisé. Objectif : aller au-delà des idées reçues et comprendre les vrais leviers de la croissance des PME.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Dans un monde bancaire qui a le secret pour ADN, l’initiative de Bpifrance est une nouvelle preuve du caractère innovant de l’institution publique. Elle a lancé jeudi 13 mars, devant un parterre, de financiers, de chefs d’entreprises et d’économistes son Think-tank "Bpifrance Le Lab". Il a pour objectif d’ouvrir l’ensemble des données des entreprises accompagnées par Bpifrance à la communauté académique. Nicolas Dufourcq, directeur général de Bpifrance y voit le moyen de pallier la grande méconnaissance de l’objet PME : "Le monde de la PME est une énigme, c’est l’univers de l’anecdote et tout le monde y va de la sienne. De plus, ces entreprises sont extrêmement diverses, quoi de commun entre la start-up technologique et l’entreprise familiale plus ancienne ?", a-t-il déclaré en ouverture du lancement. Pour monter son Lab, BPI a mis sur pied un conseil d’orientation qui réunit des chercheurs et des chefs d’entreprises. Car si les données peuvent donner des réponses, c’est dans l’aller-retour entre "l’anecdote" et les observations de terrain d’une part et la rigueur scientifique de l’autre qui sera féconde selon l’institution.

Cerner les facteurs clés de croissance des PME

Certains économistes comme David Thesmar, professeur à HEC et membre du comité d’orientation y voit déjà "le moyen d’évaluer  l’efficacité des politiques publiques." En gros l’argent de l’Etat est-il bien investi et ses différents outils sont-ils efficaces ? D’autres comme Armand Hatchuel, professeur aux Mines Paris tech, espère saisir les évolutions des facteurs clés de succès de la croissance des PME : "Qu’est ce qui fait qu’aujourd’hui une entreprise de 100 personnes passe à 500 ? Dans les années 50, la condition clé c’était d’avoir un bureau d’études, aujourd’hui c’est sans doute la capacité à monter rapidement un réseau de partenaires internationaux." Invité au lancement du Lab, Henri Verdier, le patron d’Etalab, la plateforme publique d’open data a salué cette initiative car "la liquidité des données crée de la valeur, de l’intelligence collective." Pour l’instant, pour des raisons évidentes de secret bancaire, il n’est toutefois pas question que l’accès aux données soit accessibles à des porteurs de projets d’entreprises, au-delà des chercheurs.

Rendre le monde des PME sexy

Concrètement, l’accès aux données non anonymisées se fera via le CASD (centre d’accès aux données sécurisés) de l’Insee, ce qui permettra de croiser les données de BPI France avec d’autres bases publiques. Les résultats des recherches seront restitués sous forme consolidées et anonymisées. Un appel à projet est déjà lancé, il validera des sujets en septembre 2014. Pour ceux qui ne sont pas chercheurs mais intéressés par le sujet des PME, le site offre déjà un centre de ressources très riche qui compile un grand nombre d’études déjà existantes sur les PME. Le succès du projet repose désormais sur la motivation des chercheurs comme l’a noté l’un des participants à la soirée du Lab. Il est souvent plus prestigieux pour un chercheur de travailler sur des modèles macro-économie que sur la micro-économie des entreprises. C’est l’objectif caché de Bpifrance : rendre le sujet des PME sexy. Après tout, ce sont elles qui sont moteur de la création d’emplois, en France comme dans le monde.

Anne-Sophie Bellaiche

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale