Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Bretagne : Rennes et Brest, images & télécoms

Les deux villes sont des hauts lieux technologiques. Les technopoles y concentrent une kyrielle de PME et les grands groupes y densifient la R&D.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Bretagne : Rennes et Brest, images & télécoms
L’Irisa, en plein cœur de Rennes Atalante, est l’un des plus importants laboratoires français de recherche en informatique. © D.R.

Côtes-d'Armor

Ille-et-Vilaine

Finistère

Les compétences de la technopole Rennes Atalante ne sont plus à démontrer. Près de 20 000 ingénieurs et techniciens travaillent dans les 307 entreprises privées réparties dans ses différents sites rennais. Rennes Atalante continue de densifier sa R&D autour de B-com, qui sera doté, à terme, de 200 ingénieurs. Les travaux de cet institut de recherche technologique (IRT) portent sur les réseaux de télécommunication et les images.

Rennes Atalante bénéficie également de la présence d’Orange et du principal centre de R&D de Technicolor, dont les 200 ingénieurs multiplient les brevets pour le traitement de l’image. La technopole n’est cependant pas à l’abri de restructurations, comme c’est le cas avec Renesas Design France, menacé de fermeture malgré les avancées de ses 170 ingénieurs dans les technologies du téléphone mobile. Rennes et Brest (Finistère) sont candidates à l’attribution d’un label quartier numérique.

Retrouvez les champions français du numérique des 20 autres régions dans notre dossier spécial

À Brest, la filière compte dans ses rangs Thomson et Alcatel-Lucent. La ville est l’un des principaux lieux de déploiement du futur campus numérique initié par l’université européenne de Bretagne. Celle-ci va investir dans une série d’équipements pour vulgariser le télétravail et optimiser les réseaux à très haut débit. Le but est d’accélérer l’internationalisation des cursus des étudiants bretons. La Bretagne ambitionne de devenir "la première région numérique d’Europe".

Rennes Atalante est incontournable

Dans le quartier des buttes de Coësmes, à l’est de Rennes, les rues sont bordées par les immeubles imposants d’Orange, Capgemini, Technicolor… complétés par une succession de PME numériques. On y trouve Supélec, Télécom Bretagne et le siège de Rennes Atalante, l’association qui accompagne les spécialistes de la filière. Le pôle de compétitivité Images & Réseaux a aussi élu domicile dans ce quartier high-tech où Rennes Métropole est le propriétaire de pépinières d’entreprises et de nombreux immeubles pour l’accueil des start-up.

 

Rétis, des réseaux sécurisés

 

Néo-Soft, 230 postes d’ingénieurs annoncés

 

Envivio, la diffusion des vidéos en HD

 

Niji, la convergence numérique

 

AC3 anime son propre incubateur

 

Ekinops, une pépite de portée mondiale

 

De notre correspondant, Stanislas du Guerny

Brest regroupe ses forces à la Pointe du Diable


• L’Ifremer, Thomson, les pépinières d’entreprises et le siège social du technopôle Brest-Iroise se concentrent à Plouzané à l’ouest de la ville, dans le secteur de la Pointe du Diable qui domine la rade. Le pôle Mer Bretagne est également installé dans cet espace de hautes technologies. En revanche, la toute jeune cantine numérique brestoise a élu domicile en plein centre-ville, dans les locaux de la faculté Victor Segalen. Les deux hommes incontournables du secteur numérique à Brest sont Michel Morvan, le directeur du technopôle, et Marc Labbey, son président. ??

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale