Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Brexit : L'occasion pour Paris de devenir the place to be pour les start-up en Europe

Edito Paris pourrait bénéficier du Brexit, qui secoue ce 24 juin toutes les places boursières du monde, en devenant la porte d'entrée à l'Union Européenne pour les investisseurs américains et asiatiques et les scale-up qui voudraient toucher les 450 millions d'habitants des pays membres...
mis à jour le 28 juin 2016 à 11H48
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Brexit : L'occasion pour Paris de devenir the place to be pour les start-up en Europe
Brexit : L'occasion pour Paris de devenir the place to be pour les start-up en Europe © PMU

Londres, capitale où les entrepreneurs de toute l'Europe se pressent, attirés par la facilité d'accès aux capitaux, la fluidité du marché du travail et parce qu'elle propose le galop d'essai parfait avant de se lancer aux Etats-Unis. Malgré le Brexit voté ce 23 juin, les start-up européennes continueront sans doute de s'y implanter pour ces deux dernières raisons assure Albin Serviant, coordinateur de la French Tech Londres.

 

Une porte vers l'Europe qui se ferme

Mais le Brexit pourrait bien avoir une autre conséquence : la capitale britannique est aussi pour l'instant la porte d'entrée vers l'Europe pour les gros investisseurs américains et asiatiques comme pour les start-up nées en dehors de l'Union. S'installer à Londres leur donnait accès aux 28 pays membres grâce au système de passeport européen. Si la ville de la City n'offre plus ce passage vers les autres pays européens, dirigeants d'entreprise comme venture capitalists vont se rabattre sur un autre marché offrant ces avantages.

 

Paris pourrait alors faire valoir ses atouts et réaliser les vœux exprimés en début d'année par Emmanuel Macron d'attirer les investisseurs étrangers. Paris Europlace, l'organisation chargée de développer la Place financière de Paris, a déjà dégainé un communiqué pour demander à l'Europe de retirer "le bénéfice du passeport européen pour l’accès aux marchés financiers" au Royaume-Uni.

 

Des réformes nécessaires, et vite

Mais cela ne suffira pas. Pour attirer les capitaux étrangers, Paris doit se lancer dans des réformes structurelles qui permettent à ses start-up de devenir des scale up en créant les conditions de l'hyper croissance qu'ont su mettre en place les autorités britanniques. Mais la France doit aussi adapter sa fiscalité car si l'impôt sur les sociétés y est plus faible qu'outre-Manche pour les très petites entreprises, le Royaume-Uni se montre plus attractif que l'Hexagone pour les start-up, notamment grâce à la légèreté de sa taxe sur les plus-values de cession et ses niches fiscales confortables pour les business angels… S'il arrive à mener ces réformes tambour battant, notre pays parviendra à faire du Brexit une opportunité.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Mr Tillier
27/06/2016 09h37 - Mr Tillier

Sauf que pour la langue, l'anglais est utilisé partout en premier choix. Travailler en français est très limité. Donc vous comparez un océan de possibilités contre une rivière qui va l'alimenter.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media