Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Bruxelles injecte 292 millions d'euros dans l'IA, la cybersécurité et la blockchain

La Commission européenne prévoit d'investir 292 millions d'euros sous forme d'appels à projets et de subventions dans l'intelligence artificielle, la cybersécurité, la blockchain et la formation. Les acteurs publics et privés ont jusqu'au 17 mai pour soumettre leurs propositions. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Bruxelles injecte 292 millions d'euros dans l'IA, la cybersécurité et la blockchain
Bruxelles injecte 292 millions d'euros dans l'IA, la cybersécurité et la blockchain © Pixabay

La Commission européenne a ouvert ce mardi 22 février la deuxième série d'appels à projets dans le cadre de son programme "Pour une Europe numérique". Doté d'une enveloppe globale de 7,5 milliards d'euros, il a pour objectif de construire "des infrastructures numériques sûres et durables".

Une enveloppe de 292 millions d'euros
Cette nouvelle vague d'appels à projets comprend un financement de 292 millions d'euros. Il s'adresse aux entreprises, aux organisations et aux administrations publiques des Etats membres de l'Union européenne ainsi qu'aux entités d'autres pays associés au programme. Ils ont jusqu'au 17 mai 2022 pour soumettre leurs propositions. 

Plusieurs secteurs ont été sélectionnés par l'exécutif européen. Il s'agit des espaces de données, des infrastructures européennes de blockchain, de la formation aux compétences numériques "avancées", des solutions pour de meilleurs services publics et des projets pilotes d'utilisation de l'intelligence artificielle pour lutter contre la criminalité.

Dont 43 millions pour la cybersécurité
Au sein de l'enveloppe globale, la Commission réserve un financement de 43 millions d'euros sous forme de subventions pour soutenir la cybersécurité dans le secteur de la santé et le déploiement d'un réseau de centres pour aider les Etats à se mettre en conformité avec la réglementation en vigueur en matière de sécurité informatique.

Mis sur le devant de la scène par l'actualité, ces sujets sont également au cœur des préoccupations de la France, pays actuellement à la tête du Conseil de l'Union européenne. Les Etats devront s'entendre sur la révision de la directive "Network and information security" (NIS) qui encadre la sécurité informatique des "opérateurs de services essentiels" (OSE).

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.