Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Capitaine Train finance sa croissance

Le site de vente en ligne de billets de train a levé 2,5 millions d’euros pour financer le développement de ses ventes. Cette deuxième levée de fonds devrait lui permettre d’atteindre son point d’équilibre.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Capitaine Train finance sa croissance
Capitaine Train finance sa croissance © Capture d'écran - Capitaine d'écran

Deuxième levée de fonds, pour Capitaine Train, le site de ventes de billets de train en ligne. Après avoir récolté 1,4 million d’euros en février 2012, la startup parisienne vient de lever 2,5 millions d’euros auprès des mêmes investisseurs (Index Ventures et CM-CIC Capital privé).

Le site, qui a passé des partenariats avec Deutsche Bahn, la SNCF et ses filiales, permet aux internautes de réserver et d’acheter des billets de train dans plusieurs pays d’Europe. Le tout, de manière beaucoup plus simple que sur les sites institutionnels des opérateurs de chemin de fer. Capitaine Train se rémunère à la commission à chaque vente de billet.

Capitaine Train en chiffres
Chiffre d’affaires : Non communiqué
Effectif : 17 personnes
Montant de la levée de fonds : 2,5 millions d’euros
Investisseur : Index Ventures, CM-CIC Capital Privé
Secteur : TIC
"Nous fonctionnons à la commission avec une marge très faible ce qui implique d’avoir beaucoup de clients. Cela prend un peu de temps, c’est pourquoi nous avons besoin de capitaux pour financer la croissance des volumes", explique Jean-Daniel Guyot, le PDG et cofondateur, avec Martin Ottenwaelter et Valentin Surrel de Capitaine Train.

Des versions iPhone et Android en préparation

En un an, depuis sa première levée de fonds, la start-up a déjà parcouru du chemin.  "Nous avons validé nos hypothèses, s’enthousiasme Jean-Daniel Guyot. Notre projet était de créer une équipe, de rendre notre projet résistant à l’augmentation des ventes, tout en préservant la qualité de service."

La version commerciale du site de Capitaine Train a été lancée en octobre 2012, après avoir été testée auprès d’un "happy few" de personnes invitées sur la version béta du site. Aujourd’hui, la jeune entreprise créée en 2009 compte 17 personnes. Dont 10 ingénieurs chargés de développer notamment le moteur de recherche interne ainsi que les futures applications pour iPhone et Android.

Capitaine Train doit désormais monter en puissance. La nouvelle levée de fonds devrait lui permettre de renforcer son expertise technique et surtout de se faire mieux connaître du grand public. "Nous allons encore recruter une à deux personnes par mois, notamment pour le marketing et la communication, explique le cofondateur du site. D’ici la fin de l’année, nous serons 25."

Il ambitionne d’atteindre la rentabilité d’ici l’année prochaine.

Arnaud Dumas

L’argument convaincant


Une solution d’achat de billets de train en ligne rapide et ergonomique, agglomérant plusieurs opérateurs de chemin de fer. Capitaine Train se positionne sur un marché que la Commission européenne entend libéraliser.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

eric300
26/06/2013 13h21 - eric300

Très interessant cet article mais je note que malgré la levée de septembre 1,4M€ Capitaine Train n'a toujours pas de version iPhone ou Android (on nous dit "en préparation")c'est pourtant une priorité pour les sites e-tourisme, autre indicé suprenant seulement "3600 JAIME, et 100 personnes qui en parlent" sur la page Facebook associée au site, alors que le moindre site qui "cartonne" a des dizaines de milliers de JAIME, ce qui représente un indice de socialisation fort, donc viralité, donc effet de buzz qui permet le développement.. Bref, on est encore loin de la coupe au levres meme si le concept est séduisant.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale