Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[CES 2019] Thierry Marx (lui aussi) à Las Vegas. Mais que vient chercher un grand chef au CES ?

Entretien Surprenant de croiser un grand chef français sur le CES. Thierry Marx est lui aussi présent à Las Vegas. Il nous explique ce qu’il est venu chercher et comment le digital bouleverse le marché de la restauration.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Thierry Marx (lui aussi) à Las Vegas. Mais que vient chercher un grand chef au CES ?
[CES 2019] Thierry Marx (lui aussi) à Las Vegas. Mais que vient chercher un grand chef au CES ? © Stéphanie Mundubeltz-Gendron

Pourquoi un grand chef français est-il présent au CES de Las Vegas ?
Thierry Marx : Cela me paraît important de venir voir l’innovation pour détecter les signaux faibles et améliorer l’expérience dans nos entreprisses. Un chef est aussi un chef d’entreprise donc il a besoin de venir voir ce qui se fait de mieux et d’être à la pointe en matière d’innovation et notamment dans le domaine de l’hospitalité. On voit arriver des start-up dans le food qui sont intéressantes.

 

Quel type de start-up visez-vous ?
T. M. : Je me concentre sur tout ce qui se fait sur le "food &beverage". L’idée est d’aller voir des start-up qui vont permettre, demain, de mieux commander ses repas, d’avoir un circuit plus court… Aujourd’hui, il faut aider les petits producteurs à se remobiliser à travailler ensemble dans des économies beaucoup plus symbiotiques. Vous pouvez définir que dans une zone où vous achetez du blé, par exemple en Auvergne, il peut y avoir un agriculteur à qui vous pouvez acheter du lait… L’outil numérique nous permet cela.
 

Justement, comment appréhendez-vous le numérique dans le domaine de la restauration et dans votre entreprise ?

T. M. : Le digital est arrivé assez brutalement dans l’univers de la gastronomie sous forme d’outils qui ont remplacé petit à petit l’évaluation du client. Donc il fallait en tenir compte. Et puis le digital a également contribué au confort du client, dans les prises de commandes, dans l’expérience client en salle. En cuisine, la numérisation aussi apporté à beaucoup de chefs – qui sont aussi dans des métiers chronophages – un confort dans leurs prestations et leur travail au quotidien.
 

Des exemples ?

T. M. : Les prises de commandes à distance, les programmations de cuisson… Tout un tas de choses nous permettent d’améliorer le confort du collaborateur. Cela a permis d’évaluer les besoins, de les rationaliser et de travailler avec des circuits beaucoup plus courts. On a été la première entreprise à être HQE et pour cela il a fallu se doter d’outils numériques assez performants.
 

Qu’est-ce qui est le plus marquant pour vous en termes d’innovation digitale dans cet univers ?

T. M. : C’est la sécurité sanitaire, la traçabilité du produit et le non stockage des produits, ce qui permet une sécurité alimentaire de grande qualité. Le numérique nous a aussi beaucoup impactés dans un sens positif. Il a rendu le client assez indépendant dans son mode de réservation mais aussi dans son mode de consommation. Chaque client fait un feedback de ce qu’il a consommé dans notre entreprise. Donc il nous faut améliorer l’expérience client et mettre en place de nouveaux services. C’est un outil qui est devenu incontournable, qui nous donne du confort et du temps.
 

Quels sont projets sur ce sujet de l’expérience client ?

T. M. : Pour moi, c’est le prépayé, cette notion de ne plus avoir de rapport avec l’argent physiquement et donner beaucoup plus de confort de gestion à nos collaborateurs dans nos restaurants, nos boulangeries ou les lieux où nous travaillons. Je peux désormais commander mon repas par sms, anticiper le paiement pour quelqu’un d’autre, mettre en place un certain nombre d’outils qui permettent à nos collaborateurs d’avoir encore plus de temps pour s’occuper de la relation client. Le numérique est également utile pour la traçabilité de nos collaborateurs pour essayer de les aider à mieux se repérer sur une commande. C’est vrai pour les coursiers notamment.


Mais il ne faut pas non plus tomber dans le fantasme du tout numérique. Le numérique est un outil qui nous laisse du temps pour les hommes. A chaque fois que je peux installer une solution qui numérise une fonction pour libérer du temps pour les collaborateurs et améliorer l’expérience client physiquement, je le ferai. Le monde de la gastronomie est un monde fantasmé. La tarte aux pommes de la grand-mère sera toujours meilleure que la tarte aux pommes du 23e siècle Il faut donc apporter du numérique là où c’est utile. Quand c’est utile, c’est durable, selon Nietzsche. C’est le temps qui nous contraint sur cette planète. Et le numérique nous permet de libérer ce temps.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

LEVET
18/01/2019 17h45 - LEVET

L’idéal aurait été que Mr Marx ne se limite pas à une interview , en se déplaçant simplement sur notre Stand Heyou , il aurait constaté que la French Tech propose la solution digitale qu'il souhaite.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media