Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Ces start-up qui veulent doubler Amazon en livrant plus vite

Plus question d'attendre trois jours un produit commandé en ligne. Les internautes veulent avoir tout, tout de suite. De nouveaux services, développés par des start-up de l'univers de la logistique permettent de livrer, en zone urbaine, un colis en mois de deux heures. Les géants du e-commerce, Amazon en tête, appuient leur offre sur d'immenses entrepôts excentrés. Ils ont besoin au minimum d'une journée pour transporter les produits à bon port.
mis à jour le 26 septembre 2014 à 18H15
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Ces start-up qui veulent doubler Amazon en livrant plus vite
Ces start-up qui veulent doubler Amazon en livrant plus vite © Toktoktok

Une chemise neuve pour être présentable à un rendez-vous galant improvisé, un chargeur de smartphone pour l'étourdi qui a oublié le sien alors qu'il attend un appel important… Comme le fait Instacart aux Etats-Unis, la start-up parisienne Tok tok tok livre à ses clients n'importe quel produit de son catalogue (qui en compte plus de 250 000), en moins d'une heure. Ce service est accessible sur Internet et via une application mobile. Il n'est pour le moment disponible qu'à Paris et en petite couronne. Les articles livrés ont une taille maximale.

La réponse d'Amazon : livrer directement au client

Le géant Amazon ne compte pas se laisser dépasser sur la vitesse de livraison. Ces derniers mois, il a débuté une réorganisation de son système logistique aux Etats-Unis pour se rapprocher du client final. Il a créé ses propres centres de tri où les colis sont classés par codes postaux, pour supprimer une étape et gagner du temps. Amazon n'a plus qu'à acheter leurs propres camions de livraison et embaucher des chauffeurs et pourra se passer d'intermédiaires comme UPS ou FedEx, analyse Scot Wingo, PDG de Channel Advisor, sur son blog.

"Ce mode de livraison express répond à une demande forte du consommateur, qui veut avoir accès à tout, tout de suite", souligne Thomas Devilder, co-fondateur et directeur marketing de la jeune pousse fondée en 2011. Les produits présents sur la liste de course de l'utilisateur de l'application sont livrés en main propre par un "runner". Il va chercher les articles dans les magasins partenaires de Tok tok tok, le plus près possible de chez le client, et les lui apporte en voiture, en roller, en vélo, pour une somme allant de 5 à 15 euros (en plus du prix des marchandises).

Géolocalisation en direct

"Lorsqu'Amazon livre un produit, il faut d'abord le récupérer sur un site de stockage, souvent situé loin du centre-ville [où les locaux coûtent moins cher, ndlr]. Cela lui prend mécaniquement plus de temps pour transporter ses colis à bon port", s'amuse Thomas Devilder. Avec son smartphone, le client de Tok tok tok peut suivre en direct la position de son livreur, grâce à la géolocalisation. Mais la start-up n'est pas la seule à surfer sur la vague du "tout tout de suite."

Colisweb, une entreprise lancée en janvier 2013, livre en deux heures les produits des sites de e-commerce dont elle est partenaire, lorsqu'ils sont disponibles dans un magasin ou un centre de stockage proche du domicile de l'acheteur. "Ces livraisons express ne sont possibles qu'en zone urbaine", souligne Remi Lengaigne, fondateur et PDG de la start-up lilloise. "La problématique est différente à la campagne. Les drones de livraison testés par Amazon et Google pourraient s'imposer dans ce type d'environnement, plus qu'en ville, où les barrières règlementaires vont freiner leur déploiement", avance Thomas Devilder.

Lélia de Matharel

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media