Tout le dossier Tout le dossier

Chez STX, la réalité virtuelle monte à bord

Pour des revues techniques, comme pour valider le design des cabines, les chantiers navals STX utilisent la réalité virtuelle pour gagner du temps en conception et mieux communiquer avec ses clients.

Partager
Chez STX, la réalité virtuelle monte à bord

Tenir ses délais et bien communiquer avec ses clients : le principe est bon pour tout le monde, mais dans la construction navale, c’est une préoccupation constante. "Nos clients sont très intégrés dans notre processus de conception, et les délais de construction - 30 à 36 mois pour un gros paquebot - sont très courts", précise Stéphane Klein, le responsable R&D chez STX. Deux raisons qui ont poussé le groupe à profiter des possibilités nouvelles offertes par la réalité virtuelle (RV).

L’entreprise utilise ses propres écrans, au bureau d’études, pour les revues techniques de projet, tandis que la salle immersive haut de gamme du CIRV (Technocampus Smart Factory), à Saint-Nazaire, sert aux revues de design avec les clients. C’est dans cette salle de RV à 5 faces que STX a récemment pu présenter les suites luxueuses d’un navire en construction à ses acquéreurs. Une validation en directe, plus fiable qu’avec des plans et des vues d’artistes, et qui évite bien des allers et retours. C’est aussi avec les moyens du CIRV que les responsables R&D présentent leurs nouveaux concepts de navires du futur à des clients potentiels.

Mais la réalité virtuelle est aussi un outil qui participe désormais à la conception technique du navire. Détecter les risques de collision entre réseaux de tuyaux et de câbles est bien plus efficace en immersion 3D que sur un écran de CAO... La maintenabilité des équipements peut aussi bénéficier d’un passage par la salle de RV. L’outil 3D permet enfin de tester l’ergonomie d’un poste de pilotage (la vision sur l’extérieur est-elle suffisante ? La disposition du poste adaptée ?). La cabine de pilotage d’un grand portique a elle-aussi été modifiée après des tests en réalité virtuelle, avec les opérateurs. Testée sur des projets ponctuels, la RV est maintenant en cours de déploiement chez STX. Prochaine étape : la réalité augmentée, pour apporter les informations utiles aux opérateurs sur le chantier.

Thierry Lucas

PARCOURIR LE DOSSIER

Loisirs numériques

2015, année charnière de la réalité virtuelle... mais pourquoi maintenant ?

Jeux Video

Réalité virtuelle : Oculus s'associe à Microsoft pour la version commerciale du casque Rift

Culture

La réalité virtuelle prend d'assaut la conférence Techcrunch Disrupt

Technos et Innovations

Pour David Nahon, "la dimension sociale est indispensable pour que la réalité virtuelle soit un succès"

Réalité virtuelle

Pour Sébastien Kuntz, "faire de la réalité virtuelle, c'est hacker le cerveau"

Conception

Santé, formation, marketing... les multiples débouchés de la réalité virtuelle

Hardware

"Il nous faut convaincre les développeurs et bâtir un écosystème autour de Valve", selon les dirigeants de HTC

Logiciels & Applications

Eon Reality flexibilise la réalité virtuelle

Impression 3D

Réalité virtuelle : redevenir un enfant avec Childhood

Economie numérique

La réalité virtuelle, un marché de 30 milliards de dollars en 2020 ?

Usine du Futur

La réalité virtuelle au service de l'ergonomie des postes de travail

Réalité virtuelle

On a testé pour vous : le Gear VR, casque de réalité virtuelle de Samsung

Loisirs numériques

La réalité virtuelle s'invite au cinéma

Electronique

MWC : Avec le casque de réalité virtuelle Vive, HTC et Valve veulent couper l'herbe sous le pied d'Oculus

Technos et Innovations

La plate-forme de réalité virtuelle open source OSVR séduit la recherche

Construction navale

Chez DCNS la réalité virtuelle s'invite partout

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS