Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Cinq chiffres à retenir sur les programmes des candidats à la primaire de gauche

Tribune Infographie Chaque semaine le think tank Renaissance Numérique décortique les propositions des candidats déclarés à la présidentielle 2017 (ou à l'une de ses primaires). Aujourd'hui, analyse quantitative des propositions numériques des candidats à la primaire de gauche, dont le premier tour est programmé ce 22 janvier.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Cinq chiffres à retenir sur les programmes des candidats à la primaire de gauche
Cinq chiffres à retenir sur les programmes des candidats à la primaire de gauche © Renaissance numérique

À quelques jours du premier tour de la Primaire de la gauche, l’heure est au bilan sur le numérique dans la campagne. Suite à la publication de notre étude sur le décryptage des propositions numériques formulées par les candidats à la Primaire de la gauche, le constat est sans appel : Les candidats sont à la traine sur le numérique ! Retour en chiffres sur le numérique dans la campagne.

 

91 propositions numériques au total

 

Tableau récapitulatif des mesures par candidat et par thématique

 

 

Soit 10 % de l’intégralité des programmes mis bout-à-bout, un total bien maigre en sachant que les candidats à la Primaire de la droite avaient formulé 432 propositions numériques au total. Force est de constater que les problématiques numériques intéressent peu les candidats à gauche, qui formulent en moyenne 13 propositions numériques par programme, contre 61 pour les programmes des candidats à droite.

 

16,3 % du programme de Benoit Hamon concerne le numérique         

Le programme qui intègre le plus de numérique est celui de Benoît Hamon, même si Arnaud Montebourg propose, en volume, davantage de mesures numériques (19 propositions contre 17 pour Benoît Hamon). Il est intéressant de noter que Benoit Hamon est aussi le candidat qui formule le plus de propositions numériques en faveur du développement de l’e-administration et de la modernisation de la démocratie, contrairement aux deux autres candidats du peloton numérique de tête, Arnaud Montebourg et Manuel Valls, qui eux privilégient les propositions sur l’économie et l’emploi.

 

46 % des propositions numériques dans les programmes traitent des enjeux emploi et formation professionnelle & économie, investissement et fiscalité.

 

Répartition des propositions numériques par thématique et par élection

 

Alors que la droite privilégiait les sujets liés à la modernisation de l’Etat et à la démocratie (22 % des mesures étaient concernées), cette thématique a été davantage délaissée à gauche (17 % des mesures concernées seulement). Les candidats à gauche privilégient les enjeux économiques du numérique : investissement, emploi, fiscalité, formation professionnelle.

 

Arnaud Montebourg est le candidat qui a le plus développé le sujet de la transformation numérique de notre modèle économique, en insistant notamment sur le développement du télétravail en France.

 

2 propositions communes à tous les programmes

 

Parmi les propositions les plus récurrentes dans les programmes des candidats, on retrouve :

  • La rénovation et la modernisation du statut du travailleur indépendant et sa protection sociale ;
  • La réforme fiscale à l’égard des multinationales, en particulier celles du numérique.

 

Ces propositions figurent dans tous les programmes (à l’exception de celui de Jean-Luc Bennhamias). La majorité des candidats à la primaire de la droite se positionnent, à travers ces deux mesures notamment, en faveur d’une régulation contraignante pour les géants du net, en invoquant, tout azimut, la préservation de la "souveraineté numérique".

 

0 proposition numérique en Agriculture

Sans aucun doute, les candidats à gauche n’ont pas suffisamment intégré le potentiel de transformation induit par le numérique et les technologies dans les grands secteurs économiques et sociétaux, notamment la santé, l’agriculture et la culture. Les propositions numériques en faveur de ses thématiques sont au nombre de 9, dont aucune pour l’agriculture. Seuls, Sylvia Pinel, Arnaud Montebourg, Manuel Valls et Vincent Peillon se sont préoccupés des transformations numériques relatives à ces domaines.

 

L'étude complète de Renaissance numérique sur la primaire de gauche à lire ici

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale