Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Cinq clefs pour mieux comprendre le bitcoin

Une monnaie basée sur la cryptographie et générée par des ordinateurs... L'univers du bitcoin peut sembler difficilement accessible. Voici cinq de ses caractéristiques, qui permettront aux novices d'y voir plus clair.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Cinq clefs pour mieux comprendre le bitcoin
Cinq clefs pour mieux comprendre le bitcoin © btckeychain - Flickr - C.C

1/ Un énigmatique géniteur

Le père du bitcoin s'appelle Satoshi Nakamoto. Il s'est inspiré de la première crypto monnaie créée en 1999 par un certain Wei Dai : baptisée la b-money. Comme les membres du réseau d'activistes informatiques Anonymous, il avance masqué. Au cours de sa conférence au OuiShare Fest, Caterina Rindi, spécialiste de la devise virtuelle, laisse planer le doute : "Il pourrait être un homme, une femme, un Asiatique, un Américain, un groupe de personnes..." La seule chose certaine est l'année d'entrée en circulation de la monnaie : 2009. 

2/ Un plafond à 21 millions

A ce jour, 14 millions de bitcoins ont été créés. En 2040 environ, le plafond maximal de 21 millions de bitcoins en circulation, décidé par Satoshi Namamoto, aura été atteint. Plus aucune unité de cette monnaie virtuelle ne sera alors fabriquée.

3/ Des Maths et des sous

Pour obtenir les nouveaux bitcoins créés, les ordinateurs des membres du réseau essayent de résoudre un problème mathématique dont la solution est non prédictible. Le premier appareil qui parvient à trouver cette solution obtient un bitcoin... après validation par les autres ordinateurs, qui vérifient que la machine a véritablement résolu le problème. Les propriétaires de ces autres appareils gagnent quelques centimes de bitcoin, pour leur participation aux opérations de vérification, puis le concours recommence. 

4/ Un code pour chaque transaction

3c67103b15f7f39a214b352cbb4e01d25144a5747bab8d3cdbfc38816b708e50. Ce code sibyllin est celui d'une transaction réalisée en bitcoins le 26 mai, entre deux utilisateurs de la crypto monnaie. L'ensemble de ces échanges sont inscrits sur un registre numérique, présent de manière décentralisée sur tous les ordinateurs des membres du réseau bitcoin. Chaque fois qu'une nouvelle opération est effectuée, elle est inscrite danns les 10 minutes sur ledit registre. Le système permet à cet "historique du bitcoin" d'être (quasiment) impossible à hacker : il faudrait que les pirates informatiques aillent sur tous les ordinateurs où est enregistré le document virtuel pour en modifier les codes. Le programme qui permet l'écriture sur le registre est baptisé la "blockchain".

5/ Un logiciel open source

Le logiciel informatique sur lequel repose le bitcoin est open source. Ecrite en C++, il est accessible sur Git Hub, un site dédié au développement de logiciels. Selon Caterina Rindi, 300 bénévoles se relaient en permanence pour entretenir le système, faire des mises à jour du programme, notamment pour le protéger des attaques de hackers. 

Lélia de Matharel

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Marco
27/05/2015 02h43 - Marco

Je me permet quelques rectifications étant passionné du sujet bitcoin: 1/ Il y a plusieurs origines aux spécifications reprises par Bitcoin, b-money mais aussi e-gold plus récent. Satoshi Nakamoto a indiqué sur "P2P Foundation" qu'il avait travaillé de 2007 à 2009 sur le développement de Bitcoin, la création des bitcoins et donc du protocole à démarré le 3 janvier 2009 avec le bloc génésis. 2/ Il y aura toujours des fractions de bitcoins créés mais de moins en moins car on divise la création monétaire par 2 tous les 4ans environ. Cependant en 2040 on aura émit 95% des Bitcoins en effet. 3/ Il n'existe qu'un seul problème mathématique à résoudre pour gagner des Bitcoins, c'est tout le temps le même. Mais la solution à trouver est non prédictible ce qui impose de tester aléatoirement toutes les solutions et donc le premier ordinateur qui trouve gagne tous les bitcoins pour lui! Au problème suivant un autre peut gagner.. Plus on a de puissance plus on a de chance de gagner. On peut regrouper plusieurs ordinateurs ensemble pour avoir encore plus de chance et alors les utilisateurs entre eux décident de se répartir les bitcoins gagnés en fonction de la puissance apporté. Il n'existe pas de lot de consolation mais le hasard fait bien les choses puisque la puissance de calcul est proportionnelle à la chance de gagner ;) Avec son ordinateur portable on n'apporte pas beaucoup de calcul et on a donc pratiquement aucune chance de gagner. C'est une compétition au niveau mondial réservé aujourd'hui à des entreprises spécialisées pour ce travail (principalement en Chine). 4/ La blockchain est impossible à hacker pour la raison que c'est un livre comptable horodaté qui impose si l'on veut changer un élément de recalculer tous les suivants donc plus la transaction est ancienne plus elle est irrépudiable. La validation n'est pas exactement instantané, elle est de 10min. Toutes les 10min on a un bloc de nouvelles transactions inscrites dans la blockchain. La suite de caractères identifiant une transaction n'a rien de sibyllin, c'est le résultat d'une fonction mathématique qui s'appel un "hash", ce résultat est unique et certifie donc la transaction. 5/ Il n'y a pas 300 personnes actives sur le logiciel Bitcoin, les "300 contributeurs" correspondent à tout ceux qui ont au moins modifié une fois le code source du logiciel bitcoin depuis 2009. Il y a des bénévoles mais aussi des developpeurs informatique qui sont payés par la "Bitcoin Foundation", ce sont des "Core devs". Au plaisir de partager le prochain rendez-vous OuiShare :) PS: Le mieux pour comprendre Bitcoin est de le tester, par exemple acheter le porte-clef btckeychain en photo dans l'article et vendu en bitcoin :)

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale