Cisco, Doordash, Kraken… Les derniers plans de licenciements dans la Tech

L'informatique, le Web3, les secteurs de la livraison à domicile et de la mobilité vivent des semaines difficiles. Le point sur les dernières annonces de suppressions de postes.

Partager
Cisco, Doordash, Kraken… Les derniers plans de licenciements dans la Tech

Le dégonflement de la bulle nous amène à faire désormais une comptabilisation régulière des suppressions de postes dans l'univers de la Tech. On dénombre encore des plans de licenciements massifs annoncés durant le dernier mois.

Dans l'informatique, Cisco a annoncé un plan de restructuration de 600 millions de dollars, qui impactera 5% de ses effectifs, soit plus de 4000 personnes. Au premier trimestre de son exercice fiscal à fin octobre, Cisco a publié un résultat net en recul de 10%. L'entreprise compte recruter par ailleurs, afin de redistribuer sa masse salariale selon ses nouvelles priorités. HP a également annoncé qu'il congédierait 4000 à 6000 salariés au cours des trois prochaines années.

Faillites et dégraissages dans la crypto

Le secteur de la crypto et de la blockchain a été particulièrement malmené ces dernières semaines. Plusieurs entreprises ferment leurs portes, dont l'inénarrable FTX qui compte un peu moins de 300 salariés, et la bourse de cryptomonnaies américaine Bitfront. BlockFi, qui s'est placée sous la protection de la loi sur les faillites, a prévenu qu'elle allait licencier entre 250 et 300 employés.

Une autre bourse d'échange américaine, Kraken, a annoncé se séparer de 30% de ses effectifs, soit environ 1100 personnes, tandis que Coinbase va rajouter 60 suppressions de postes aux 1200 annoncées en juin dernier.

Les choses ne vont pas beaucoup mieux dans les NFT, un secteur sur lequel Candy Digital, qui a levé 100 millions de dollars en 2021, aurait licencié plus d'un tiers de sa centaine de salariés, selon Sportico, dans la lignée des 22% de postes supprimés chez Dapper Labs. Mythical Games, un studio qui développe des jeux blockchain, a également laissé partir 10% de ses employés, soit une trentaine de salariés.

Il n'y a cependant pas que sur la blockchain que les studios de jeux ont des difficultés. En effet, l'éditeur de jeux mobiles Kabam, qui détient des licences Disney, se sépare de 7% de ses effectifs, et le brésilien Wildlife Studios (Sniper 3D) abandonne tous ses projets en dehors du mobile et environ 300 salariés.

Ca ne roule plus pour le véhicule autonome et la livraison

Autre secteur particulièrement touché par les suppressions de postes ces dernières semaines : le véhicule autonome. Nuro, qui a levé 600 millions de dollars en 2021 pour ses véhicules de livraison, licencie 30% de ses effectifs, soit environ 300 collaborateurs selon TechCrunch. Motional, la co-entreprise de Hyundai et Aptiv qui développe des robots taxis, procède également à des coupes sombres selon TechCrunch.

Il n'y a pas que la livraison autonome qui éprouve des difficultés. Les plateformes de livraison de produits alimentaires commandés en ligne ne sont pas à la fête. L'un des pionniers, Doordash, va supprimer 1250 postes. Et Deliveroo a annoncé qu'il arrêtait ses activités en Australie où il était présent depuis 2015, laissant plus d'une centaine d'employés sur le carreau.

Pour rester dans le domaine de la mobilité, cela ne s'arrange pas pour la vente de voitures en ligne au Royaume-Uni. Après les 750 licenciements annoncés par Cazoo, c'est au tour de Carwow de supprimer 20% de ses effectifs selon le Financial Times. Ce n'est pas mieux aux États-Unis, puisque le concessionnaire en ligne de voitures d'occasion Carvana supprime également 1500 postes (8% de ses effectifs).

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS