Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Comment Solainn veut faire peser les solutions du numérique "Made in France"

Plateforme exploitée depuis octobre dernier par Digital Influence Consulting et le Pôle Systematic Paris-Region, Solainn est une marketplace des entreprises du numérique françaises. Témoignages croisés d’entreprises utilisatrices de cette solution de sourcing qui veut flécher des investissements vers les entreprises nationales dans un contexte de hausse de la demande.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Comment Solainn veut faire peser les solutions du numérique Made in France
Comment Solainn veut faire peser les solutions du numérique "Made in France" © SOLAINN

Dans un contexte de transformation numérique, peser face aux Gafam n’est pas une mince affaire. Dans la "start-up nation", jeunes pousses mais aussi PME et ETI veulent faire entendre leur voix alors que la pandémie a accéléré la transformation digitale de nombreuses organisations. "L’investissement dans le numérique en France représente 70 milliards d’euros par an, dont 16 milliards pour l’investissement public et seulement 15% de cet investissement va vers des entreprises de France", regrette Pascal Gayat, dirigeant de Digital Influence Consulting.

Cette entreprise spécialiste en benchmarking de solutions numériques a repris à l'automne 2020 l’exploitation de la plateforme Solainn (pour Solution Online vers les Achats Innovants et Numériques) avec le pôle de compétitivité Systematic Paris-Region. Objectif : fédérer les solutions et flécher ces investissements vers les entreprises du numérique françaises.

Car malgré les 130 000 acheteurs publics français, les solutions Made in France "manquent néanmoins de visibilité. On a pu le constater avec les outils de messagerie ou de visio conférence, constate Pascal Gayat. Au début de la crise sanitaire, tout le monde s’est tourné vers Zoom, une solution américaine pourtant mise en cause pour des problèmes de sécurité. Personne n’était capable de citer une solution française  ou même européenne – alors que certaines sont agréées Anssi".

Une initiative née en 2015
Cofinancée par la région Ile-de-France, la Direccte, le Feder et Systematic en 2015, puis par la DGE et le pôle Systematic en 2017, Solainn est née de la volonté de répondre au besoin critique d’accès au marché des entreprises innovantes du digital. Plateforme dédiée aux acheteurs du public et du privé, elle vise à aider "les entreprises dans leur sourcing pour trouver les bons acteurs de l’innovation", poursuit Pascal Gayat.

La plateforme a été conçue comme un lieu unique pour identifier les produits ou services innovants du digital commercialisés par des PME et ETI françaises, éditeurs de logiciels et de plateformes, fabricants de hardware. Ce référentiel identifie à date plus de 400 solutions logicielles, plateformes digitales et équipements de 200 entreprises du numérique de France, parmi lesquels on trouve notamment Armis (marketing digital), Paylib et Lyra (paiement), Innovalead (transformation numérique), OVHCloud et bien d’autres. Critères de sélection : une direction implantée en France – ainsi que les équipes R&D – et un chiffre d’affaires supérieur à "quelques centaines de milliers d’euros", ajoute Pascal Gayat.

Un moteur de recherche sémantique pour comprendre les besoins
La marketplace se divise en 13 catégories et fonctionne comme un moteur de recherche. Les décideurs peuvent formuler des requêtes via la raison sociale, Siret ou la localisation, mais surtout effectuer une recherche par mots-clés au travers d’une expression de besoin, ou recherche full text. "Notre moteur de recherche sémantique nécessite une richesse textuelle", détaille Pascal Gayat. Pour ce faire, les utilisateurs peuvent accéder aux informations indispensables des fournisseurs et visiter les fiches enrichies : Open Data, descriptions d’activité, fiches produits et solutions, références, articles de presse et retours média, labels, certifications, classement et écosystèmes… Un parti-pris permettant d’adresser à la fois les experts mais aussi "ceux qui connaissent moins bien la chaîne numérique", affirme Pascal Gayat.

Pour Alexandra Blain, Directrice Marketing et Commercial d’Axialys, société spécialisée la téléphonie en entreprise, l’un des atouts de la plateforme est de connaître la façon dont les entreprises sourcent les solutions. "C’est à nous de positionner les mots clés, comme un SEO mais sans Google", précise-t-elle. Le moteur de recherche permet également de connaître les tendances quant aux besoins actuels des entreprises. "Nous observons beaucoup de requêtes autour des outils collaboratifs et de la cybersécurité, notamment de la part d’organismes publics", détaille Pascal Gayat.

Plus de 300 profils acheteurs connectés
Enfin, il est possible de créer un espace acheteur, avec des listes de fournisseurs et la possibilité de contacter directement les entreprises. "Les opportunités d’affaires sont réelles", confirme Alexandra Blain. Axialys, qui a rejoint la plateforme en octobre dernier, a reçu depuis quatre consultations en deux mois pour sa suite logicielle SaaS. Sur certains sujets, comme l’hébergement des données, le Made in France est désormais prégnant, voire disqualifiant pour les gros acteurs internationaux. "Nous préférons choisir des acteurs qui nous donnent des garanties", témoigne Thomas Salviejo, responsable Département Communication Digitale La Banque Postale, également utilisateur de Solainn. A date, plus de 300 profils acheteurs sont connectés. La plateforme se rémunère en monétisant un accès unique de 500 euros et bientôt via des workshops pour le moment gratuits.

Elle sera enrichie deux fois par an avec pour objectif de devenir le référentiel du Numérique de France et la base la plus exhaustive. Elle vise 400 fournisseurs dès l’année prochaine. Parmi les améliorations possibles, "un meilleur suivi car il faut relancer parfois de nombreuses fois ses prospects", explique Alexandra Blain. Par ailleurs, pour Pascal Gayat, "le moteur de recherche doit encore apprendre et s’améliorer, et la plateforme a vocation à développer davantage d’interactions entre les utilisateurs".

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.