Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Contrairement à l’Eurovision, quand on parle de CDO, c’est la France qui gagne

Strategy& (PwC) vient de réaliser une enquête mondiale sur le nombre de CDO (Chief Digital Officer) présents dans les plus grandes entreprises. Résultat : ils sont de plus en plus nombreux et leur profil change.  Côté représentativité, les grandes entreprises françaises s'en sortent plutôt très bien. 

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Contrairement à l’Eurovision, quand on parle de CDO, c’est la France qui gagne
Contrairement à l’Eurovision, quand on parle de CDO, c’est la France qui gagne © momius/Fotolia

Si l'on croit que nommer les choses est la première étape pour les changer, la transformation numérique des plus grandes entreprises est bien engagée. C’est ce que révèle une étude menée par Strategy& (le cabinet de conseil en stratégie de PwC) auprès des 2500 plus grandes entreprises mondiales. En effet, une sur cinq parmi elles (19 % du total exactement) a nommé une personne dont la fonction est d’assurer cette transformation, le plus souvent un CDO.

 

Si la proportion peut sembler faible, c’est surtout la progression en un an qui est marquante. Seules 6 % des entreprises avaient fait de même un an plus tôt. Un autre moyen d’appréhender cette croissance rapide est révélé par l’étude qui indique que 60 % des responsables du numérique ont été nommés au cours des deux dernières années. Dans plus d’un cas sur deux (52 %), le CDO a été recruté au sein de l’entreprise qui l’emploie. On le sait : les professionnels du numérique sont rares et les métiers concernés récents. Les talents dans ces métiers sont donc très rares, d’autant que la transformation digitale demande à la fois de bien connaître le secteur, l’entreprise et les enjeux du numérique. Plus rare qu’un mouton à  cinq pattes et un éléphant rose réunis.

 

Cocorico pour les CDO

Cette croissance s’accompagne d’une évolution dans le profil des personnes embauchées pour mener à bien la transformation digitale. En 2015, les entreprises privilégiaient d’abord les profils en marketing et en commerce. En 2016, ce sont les experts en technologie qui tiennent le haut du pavé. Ils représentent 32 % des nouveaux arrivés (contre 14 % l’année précédente). Toutefois, ces experts ont acquis cette expertise sur le tas. Car l’étude des formations des CDO révèlent que 39 % d’entre eux ont une formation en marketing vente ou relation client.

 

Et dans le classement international des entreprises ayant un CDO,  l’Europe fait mieux que l’Amérique du Nord avec des taux respectifs de 38 et 23 %. Loin derrière, on trouve l’Amérique latine et du Sud (13 %) et la zone Asie Pacifique (7 %). Et qui est le champion européen ? La France. Au total, 62 % des plus grands groupes français comptent un CDO parmi leurs effectifs. La France fait mieux que l’Allemagne (39 %) ou le Royaume-Uni (35 %) : voilà qui soulagera tous les fans de digital qui aiment aussi le football. Autre record détenu par les entreprises françaises : le taux de féminisation de la profession qui atteint 25,5 % parmi les 47 entreprises ayant nommé un CDO, la moyenne mondiale étant de 16 %.

 

CDO : oui la taille des entreprises compte, le secteur aussi

 

L’étude révèle aussi que, tous pays confondus, la part d’entreprises dotées d’un CDO est plus importante chez les 25 % d’entreprises les mieux valorisées au monde : 33 % "possèdent" un CDO. A l’inverse, les entreprises les plus modestes de l’échantillon ne sont que 10 % à avoir un CDO.

 

Côté secteurs, ce sont les services financiers au sens large qui sont parmi les mieux représentés. Ainsi, 35 % des compagnies d’assurances et 27 % des banques ont un CDO . Entre les deux, on trouve le secteur média/communication avec un taux de 28 %. A l’inverse, ce sont les entreprises du secteur pétrole et gaz qui comptent le moins de CDO dans le monde. Le taux n’est que de 3 %, juste devant les métaux et les minerais (5%) et les utilities (13 %). Le secteur électronique et des technologies n’est pas le mieux chaussé, puisque seulement 13 % des plus grosses entreprises mondiales du secteur ont nommé un professionnel pour assurer leur transformation digitale.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale