Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Crack du numérique : Delphine Asseraf, directrice générale du digital chez Allianz France

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Crack du numérique : Delphine Asseraf, directrice générale du digital chez Allianz France
Crack du numérique : Delphine Asseraf, directrice générale du digital chez Allianz France © D.R.

Delphine Asseraf, directrice générale du digital chez Allianz France depuis septembre 2013, prête une oreille attentive aux besoins de ses clients. "Le digital doit nous permettre de tisser avec eux des liens plus étroits, de prévenir certains risques, au lieu de n’intervenir qu’en aval des accidents", souligne-t-elle. Nourrie aux nouvelles technologies lors de sa formation d’ingénieur en génie électrique, c’est une habituée des objets connectés, comme ce boîtier intelligent pour la conduite automobile, lancé en 2014 par Allianz. Il enregistre les kilomètres effectués, le nombre de virages, leur intensité, les freinages..., ce qui permet au groupe d’ajuster plus finement ses offres.

Travaillant en lien direct avec Virginie Fauvel, membre du comité exécutif, Delphine Asseraf doit faire basculer la branche tricolore de l’assureur vers le numérique. Ses objectifs, définis en 2013, sont ambitieux. D’ici à 2016, l’ensemble des offres du groupe devront être accessibles en ligne et 20 à 30 % des nouvelles affaires souscrites sur le net. Un défi pour lequel cette crack du numérique est entraînée : elle a commencé sa carrière au département informatique de Cetelem, où elle a déployé une plate-forme web européenne pour le crédit. Elle a ensuite rejoint la maison mère de l’entreprise, BNP Paribas, où elle a orchestré le développement des activités e-commerce et e-paiement.

Lélia de Matharel

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

wali
30/06/2015 13h02 - wali

L'ère du numérique et toutes ses belles promesses et fantasmes... la réalité aujourd'hui c'est que les voitures sont toujours pilotées par un humain et c'est pas prêt de changer. Alors si on veut vraiment intervenir en aval c'est la prévention, la proposition de remise à niveau sur la conduite, c'est participer à l'amélioration du réseau routier, c'est travailler avec les constructeurs sur les éléments de sécurité qui devraient être obligatoires... Mais par respect pour les victimes de la route, ne faites pas passer un objectif purement mercantile pour un objectif humaniste. Merci pour nous.

Répondre au commentaire | Signaler un abus