Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Créasup Digital, une nouvelle école du numérique spécialisée dans la 3D, s'ouvre dans l'Yonne

Une nouvelle école destinée aux métiers du numérique a ouvert ses portes le 8 octobre à Tonnerre, dans l'Yonne. La première promotion compte 47 étudiants.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Créasup Digital, une nouvelle école du numérique spécialisée dans la 3D, s'ouvre dans l'Yonne
Créasup Digital, une nouvelle école du numérique spécialisée dans la 3D, s'ouvre dans l'Yonne

En installant son institut supérieur des métiers du numérique, Créasup Digital, dans le Tonnerrois, à deux heures de train de Paris, Yann Tambellini, le fondateur, a voulu rendre ce type de formation accessible au plus grand nombre. "Les écoles privées du secteur restent élitistes et les classes moyennes n’y ont pas accès. En choisissant ce territoire, nous avons des coûts immobiliers moins importants engendrant des tarifs plus abordables."

Une première promotion de 47 étudiants
Le dirigeant se félicite ainsi de pouvoir proposer une première année à moins de 1 000 euros puis des cursus de deux fois deux ans à 2 500 euros en moyenne. Soutenu par la communauté de communes du Tonnerrois en Bourgogne qui a trouvé et aménagé un site susceptible d’accueillir l’école, le directeur a accueilli le 8 octobre une première promotion de 47 étudiants.

Parmi eux, un tiers de jeunes bacheliers pour deux tiers d’étudiants de tous horizons en reconversion. Avec moins de 5 000 habitants, la commune de Tonnerre ne fournit qu’une quinzaine des apprenants de la nouvelle école. "Les autres viennent à part égale de l’académie de Dijon, dans un rayon de 200 kilomètres et du reste de la France."
 


Créer d’autres vocations
Créasup Digital propose deux cursus sur cinq ans. Après une première année de découverte, les étudiants doivent s’orienter vers le graphisme ou la conception. Formés à être interaction designer ou 3D real time artist, ils peuvent alors viser des métiers comme game designer et level builder dans le premier parcours ou devenir Rigger-Skinner ou encore 3D Character Artist en s’inscrivant dans le second cursus.

"A la base, nos élèves viennent car ils connaissent et s’intéressent aux jeux vidéo mais nous allons leur faire découvrir d’autres technologies innovantes." Yan Tambellini pense notamment aux technologies disponibles pour les entreprises mais encore éloignées des particuliers comme la réalité virtuelle et augmentée ou le casque Microsoft HoloLens. "J’espère qu’ainsi nous susciterons des vocations au-delà des jeux vidéo" complète-t-il. A terme, sur cinq ans, l’établissement devrait compter 200 élèves.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media