Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Crédit Mutuel Arkéa - Leetchi : "Si tu ne peux pas copier une start-up de la fintech, rachète-la !"

Finie la condescendance : désormais, les banques françaises font les yeux doux aux fintech. Le Crédit Mutuel Arkéa a déboursé plus de 50 millions d'euros pour racheter 86% de la start-up Leetchi, spécialiste du paiement en ligne. Les deux entreprises ont d'importantes synergies commerciales. Pour être certaine de ne pas écraser le potentiel d'innovation de la jeune pousse, la bancassurance conserve toute son équipe dirigeante et la laissera fonctionner de façon autonome. 

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Crédit Mutuel Arkéa - Leetchi : Si tu ne peux pas copier une start-up de la fintech, rachète-la !
Crédit Mutuel Arkéa - Leetchi : "Si tu ne peux pas copier une start-up de la fintech, rachète-la !" © Leetchi

Les banques tricolores et les fintech ne se regardent plus en chiens de faïence, bien au contraire : le Crédit Mutuel Arkéa a annoncé le 22 septembre le rachat de 86% du capital de Leetchi, pour plus de 50 millions d'euros. "C'est à ma connaissance la plus grosse opération du secteur en France", affirme Ronan Le Moal, directeur général du groupe de bancassurance. L'équipe dirigeante de la start-up reste actionnaire à hauteur de 14% et continue à gérer la structure de façon indépendante.

 

Le Crédit Mutuel Arkéa a en parallèle annoncé un investissement de 10 millions d'euros dans le spécialiste du paiement sur Internet, fondé en 2009 et basé à Paris. Il permettra entre autre à Leetchi de développer à l'international sa cagnotte en ligne, qui compte plus de 4 millions de clients. "Nous avons déjà lancé leetchi.com en Allemagne et en Espagne. Grâce à cet investissement, nous allons pouvoir nous implanter au Royaume-Uni", se félicite Céline Lazorthes, fondatrice et PDG de la fintech.

 

un futur acteur clef du paiement en ligne ?

 

Les deux entreprises présentent de nombreuses synergies commerciales, notamment dans le secteur du e-commerce : le Crédit Mutuel Arkéa a développé, via sa filiale Monext, la solution de paiement en ligne Payline, utilisée par de nombreux sites de vente en ligne, comme Amazon France.

 

Mais depuis l'émergence des places de marché sur le web (les sites d'enchères par exemple) et autres sites web issus de l'économie collaborative (comme le covoiturage), le simple paiement sur Internet est parfois insuffisant : il ne faut plus seulement gérer l'identité bancaire du client, mais également celle du vendeur, qui ne coïncide pas avec la raison sociale de la plate-forme en ligne.

 

Mangopay, a été conçue expressément par Leetchi pour répondre à ces besoins. "Nous avons lancé en 2013 cette offre dans 22 pays", souligne Céline Lazorthes. Ces deux solutions vont être proposées de concerts à des sites de e-commerce. Le Crédit Mutuel Arkéa pourrait devenir, grâce à cette opération, un acteur important dans le paiement en ligne.

 

Ne pas écraser Leetchi avec de "gros sabots"

 

Pour ne pas être écrasée par la structure lourde du Crédit Mutuel Arkéa, Leetchi fonctionnera de façon autonome. "Nous ne voulons pas nous précipiter avec nos gros sabots. Nous rachetons une entreprise qui fonctionne et qu'il faut laisser aller chercher de nouveaux clients, sans la polluer avec des contraintes extérieures à son activité de base. Nous ne fusionnerons pas nos structures juridiques, ni nos systèmes d'information. Nous avons laissé l'équipe dirigeante de Leetchi en place et la jeune pousse ne quittera pas ses locaux", assure Ronan Le Moal.

 

Le Crédit Mutuel Arkéa avait déjà investi dans la fintech : il a développé en partenariat avec le groupe médias Le Télégramme la plate-forme de financement participatif bretonne Kengo, lancée le 11 juin 2015. L'entreprise est aussi actionnaire de la société de crowdlending (prêt contre intérêts) parisienne Prêt d'Union depuis son lancement en 2011. En 2013, elle est même montée à 35% du capital.

 

De nouvelles opérations à venir

 

"Nous surveillons de près le secteur, notamment dans le domaine du paiement et de la banque en ligne. Nous pourrions réaliser d'autres opérations de ce type prochainement", affirme Ronan Le Moal. Le dirigeant rencontre deux ou trois jeunes pousses de la fintech chaque semaine, pour se tenir au courant des dernières innovations.

 

Le secteur devrait continuer à se consolider. "Nous sommes des structures légères, difficiles à copier pour les banques", souligne la PDG de Leetchi, avant de lancer fièrement le nouveau slogan à la mode dans le monde de la finance : "Si tu ne peux pas copier une start-up de la fintech, rachète-la !"

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale