Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Crème de la Crème offre aux entreprises les services des meilleurs étudiants des grandes écoles tricolores

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

La fine fleur des étudiants tricolores se met au service des particuliers et des entreprises. CV, business plan, étude de marché, lettre de motivation… La start-up Crème de la Crème, lancée il y a moins d'un mois, permet à ses clients de commander par SMS n'importe quel service professionnel qui pourrait être satisfait par l'un des 200 étudiants volontaires qui travaillent actuellement pour la jeune pousse, moyennant finance. 

Crème de la Crème offre aux entreprises les services des meilleurs étudiants des grandes écoles tricolores
Crème de la Crème offre aux entreprises les services des meilleurs étudiants des grandes écoles tricolores © Wild Bunch Distribution

HEC,HEC, l’Essec, Polytechnique, Sciences Po… Le gratin des étudiants français se plie en quatre pour répondre aux demandes pros, des particuliers ou des entreprises. Un simple échange de SMS avec la start-up Crème de la Crème, éclose mi-avril 2015, suffit pour commander une lettre de motivation, une étude de marché, un business plan, mais aussi un stagiaire ou encore du soutien scolaire. La plate-forme transmet ensuite ces demandes aux 200 étudiants volontaires qui font leurs études dans ces grandes écoles. Si la commande les intéresse, ils la traitent.

Inspiré par Stanford et Magic

Les tarifs sont établis au coup par coup par la jeune pousse, en fonction des prix du marché. Il faut compter environ 29 euros pour un CV. La start-up prélève une commission de 10 à 20 %, le reste tombe directement dans la poche de l’étudiant qui répond à la commande. "Pour l’instant, ils font partie de grandes écoles de commerce ou d’ingénieur, mais dans le futur, nous voudrions proposer les services d’élèves issus des meilleurs établissements dans le domaine du design, de l’informatique…", se projette Jean-Charles Varlet, PDG et cofondateur de l’entreprise en cours de création à la Chambre de Commerce et de l’Industrie d’Île-de-France.

Basée à Paris, Crème de la Crème n’a pas de concurrent en Europe. "Un système similaire existe en interne à Stanford aux États-Unis, mais il n’est pas ouvert aux étudiants d’autres établissements. En fait, nous nous sommes inspirés du service Magic, qui permet de commander par SMS tout ce dont vous avez envie. Mais nous l’avons adapté à nos compétences", explique l’étudiant de l’Essec, qui a fondé son entreprise avec Théo Dorp et Jeremy Bellaiche, respectivement étudiants à l’Edhec et au pôle universitaire Leonard de Vinci.

UN NOM DE BAPTÊME PROVOC'

Les trois entrepreneurs en herbe revendiquent le côté provoc' du nom de baptême choisi pour leur bébé : "La Crème de la crème, c’est le titre d’un film sur les mœurs très légères des élèves d’HEC qui avait fait scandale lors de sa sortie en 2014", raconte Jean-Charles Varlet. "Nous avons décidé de surfer sur la vague, même si c’est au départ un 'bad buz'. Ce nom nous permet d’éveiller la curiosité du public et de redorer au passage le blason des étudiants des grandes écoles tricolores", souligne-t-il.

Pour l’instant, la jeune pousse répond essentiellement à des offres trop petites pour intéresser les junior entreprises. Ces associations de loi 1901, créées au sein de certaines écoles et universités, mettent en relation des sociétés avec certains étudiants, en leur permettant d’effectuer pour elles des missions de conseil, des études de marché… "Une fois que notre offre sera bien huilée, nous pourrons nous attaquer à de grosses commandes. Pour l’instant, nous sous-traitons les demandes trop importantes à des junior entreprises", explique l’entrepreneur. Les clients de Crème de la Crème sont pour beaucoup des particuliers ou des TPE/PME, qui n’ont pas forcément les moyens de se payer les services d’un cabinet de conseil.

Lélia de Matharel

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

2 commentaires

Lurluberlu
28/07/2015 17h19 - Lurluberlu

Le modèle est intéressant, il fait directement concurrence aux Junior entreprises. Cependant 10 à 20% ( à mon avis plutôt 20 ... ), cela reste cher pour une simple mise en relation.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

lorembolo
02/06/2015 18h36 - lorembolo

Bonjour, Avez-vous pris la peine de vous renseigner sur la légalité d'une telle entreprise. Je vous conseille de vérifier cela, ainsi que le profil bidonné de la Community manager de cette société. Digitale ok, mais légal ?

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale