Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Deep tech et souveraineté au cœur du nouveau plan de soutien du gouvernement aux start-up

Le gouvernement a dévoilé un nouveau plan d'aide aux start-up résolument tourné vers celles d'entre elles ayant une proposition technologique forte. L'objectif affiché est de ne pas passer à côté d'une innovation importante qui pourrait avoir des répercussions sur la souveraineté nationale.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Deep tech et souveraineté au cœur du nouveau plan de soutien du gouvernement aux start-up
Bruno Le Maire (à gauche), ministre de l'Economie et des Finances, et Cédric O (au centre), secrétaire d'Etat en charge du Numérique, lors de la présentation du Next40. © Twitter @cedric_o

Le gouvernement français a dévoilé vendredi 5 juin 2020 un second plan de soutien pour les start-up de la French Tech. Celui-ci vient compléter le fonds de 4 milliards d'euros débloqué par le gouvernement fin mars pour venir en aide aux jeunes entreprises affectées par la crise liée à la pandémie de Covid-19.

Ce sont Bruno Le Maire, ministre de l'Economique et des Finances, et Cédric O, secrétaire d'Etat chargé du Numérique qui ont présenté ce dispositif tourné vers les start-up de la Deep Tech et celles développant des technologies dites souveraines. Il est pour l'essentiel financé par le Programme d’investissement d’avenir (PIA), précise le gouvernement.

Création d'un fonds French Tech Souveraineté

Avec le fonds 'French Tech Souveraineté', piloté par Bpifrance, le gouvernement veut spécifiquement aider les start-up développant des technologies d'avenir à caractère souverain. Ce fonds est doté d'un premier financement de 150 millions d'euros qui pourra être augmenté en 2021 pour atteindre plus de 500 millions d'euros si besoin. Le but est d'aider les jeunes pousses françaises afin d'empêcher leur éventuel rachat ou un dépassement technologique par des entreprises étrangères en raison d'un manque de moyen.

Et peu importe le stade de développement de la start-up. Cette dernière peut même être devenue une TPE ou une PME, elle pourra postuler à cette aide. Quant aux secteurs visés, le gouvernement reste assez vague en listant des domaines variés mais sans vraiment définir ce qu'est une "technologie d'avenir à caractère souverain". Sont concernés l'informatique quantique, la santé, la cybersécurité, l'intelligence artificielle, etc.

Soutien pour la création de start-up Deep Tech

Le gouvernement réitère aussi son soutien à l'émergence de nouvelles start-up. Dans la continuité du plan du Deep Tech, une attention particulière est portée aux entreprises ayant une proposition technologique forte. Est annoncé la création du fonds d'investissement French Tech Accélération n°2, doté de 100 millions d'euros afin de soutenir les accélérateurs de start-up.

En parallèle, 15 millions sont dédiés aux programmes spécialisés dans l'entreprenariat Deep Tech. Et, une troisième tranche de 65 millions d'euros est débloquée en faveur des SATT, les Sociétés d’Accélération du Transfert de Technologies, qui sont créées par plusieurs établissements de recherche publics.

Aide pour toutes les start-up

Par ailleurs, le gouvernement renforce son aide à l'ensemble des entreprises technologiques en dotant le French Tech Bridge, qui aide les jeunes pousses entre deux levées de fonds, de 80 millions d'euros supplémentaires pour atteindre un total de 160 millions d'euros. Et, les start-up ayant "conjoncturellement le statut d’entreprise en difficulté et ne pouvant accéder au prêt garanti par l’Etat (PGE)" peuvent demander un prêt à Bpifrance qui dispose d'une enveloppe de 100 millions d'euros.

Quels verrous freinent les usages numériques ?

 

L'Etat en appel au grand public et aux entreprises pour recenser les mesures temporaires prises durant le confinement qui ont permis de lever des verrous législatifs et réglementaires afin de faciliter certains usages numériques comme la télémédecine. Mais aussi pour énoncer de nouvelles dispositions à prendre pouvant favoriser de nouveaux usages. La consultation sera bientôt ouverte et s'étendra jusqu'au 31 juillet.


En outre, le gouvernement recharge de 120 millions d'euros le fonds d'investissement PSIM qui accompagne les jeunes pousses lauréates du Concours mondial d'innovation. Et, le Concours d'innovation i-Nov est doté de 20 millions d'euros supplémentaires (pour un total de 80 millions d'euros). Enfin, une nouvelle vague de challenges IA va être lancé pour un total de 15 millions d'euros.

Enfin, le gouvernement souhaite aider les start-up à trouver les compétences recherchées. Cela passe par une présentation des métiers, parfois méconnus, de la tech et une campagne sur les opportunités d'emplois dans ce milieu.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.