Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Déjà actionnaire majoritaire, Elon Musk veut désormais racheter Twitter pour 43 milliards de dollars

Elon Musk continue ses caprices. Récemment devenu actionnaire majoritaire avec une participation de 9,2%, il veut désormais mettre entièrement la main sur Twitter. Il a lancé une offre publique d'achat hostile, d'après un document déposé devant la Securities and Exchange Commission.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Déjà actionnaire majoritaire, Elon Musk veut désormais racheter Twitter pour 43 milliards de dollars
Déjà actionnaire majoritaire, Elon Musk veut désormais racheter Twitter pour 43 milliards de dollars © Pixabay

"I made an offer", écrit ce 14 avril Elon Musk, fondateur de SpaceX, de Neuralink et CEO de Tesla, dans un tweet pour annoncer le lancement d'une offre publique d'achat (OPA) hostile sur Twitter. Il a déposé un document hier devant la Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme de la Bourse américaine.

Il propose de payer 54,20 dollars par action, ce qui représente une bonification de 38% par rapport au cours de clôture du titre le 1er avril. Cela valorise le réseau social à 43 milliards d'euros. En réaction, la direction de l'entreprise a déclaré qu'elle allait "examiner avec attention" cette offre afin de "déterminer la ligne de conduite qu'elle estime servir au mieux les intérêts" de la société et des actionnaires.
 

Sortir de la bourse 

Le milliardaire souhaite sortir l'entreprise de la bourse car il estime qu'elle ne "prospèrera pas sous sa forme actuelle". Dans une lettre adressée au président du conseil d'administration de Twitter, Bret Taylor, il précise qu'il s'agit de "son offre initiale et sa meilleure offre". En cas de refus, il menace devoir "reconsidérer [sa] place d'actionnaire".

Début avril, Elon Musk est devenu actionnaire majoritaire de Twitter avec une prise de participation à hauteur de 9,2%. Il devait d'abord siéger à son conseil d'administration, mais a finalement fait marche-arrière, comme en témoigne un message de Parag Agrawal, le directeur général du site de microblogging, jugeant que cette décision était prise "pour le mieux". Mais elle permet aussi au CEO de Tesla de poursuivre éventuellement son rachat d'actions, et les commentateurs avaient immédiatement avancé la possibilité d'une OPA hostile.
 

Un recours collectif en cours

En parallèle, Elon Musk doit faire face à un recours collectif lancé le 12 avril pour sa gestion de son investissement initial. Le plaignant, un actionnaire de Twitter, lui reproche d'avoir notifié sa prise de participation le 4 avril alors qu'il aurait dû le faire au plus tard le 14 mars, en vertu de la loi fédérale américaine. Il assure que ce retard aurait provoqué un manque à gagner pour les investisseurs et aurait permis au contrevenant de s'enrichir à leurs dépens.

Si Elon Musk réussit à s'emparer de Twitter, les conséquences pourraient être importantes. En effet, il a une vision particulière de la liberté d'expression et donc de la modération des contenus. Utilisateur prolifique du réseau social, il critique le régulièrement pour sa prétendue censure. "La liberté d'expression est nécessaire au bon fonctionnement de la démocratie. Pensez-vous que Twitter respecte scrupuleusement ce principe ?", écrivait-il dans le cadre d'un sondage publié quelques jours avant sa prise de participation.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.