Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Des pionniers d'internet s'associent pour bloquer la vente de l'extension de nom de domaine .org

Vu ailleurs Pour bloquer la vente de l'extension de nom de domaine .org, sept pionniers d'internet ont créé une association aux Etats-Unis baptisée "Cooperative Corporation of .ORG Registrants".  Ainsi ils désirent créer "un modèle alternatif" pour qu'internet soit protégé de toute intention commerciale.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Des pionniers d'internet s'associent pour bloquer la vente de l'extension de nom de domaine .org
Des pionniers d'internet s'associent pour bloquer la vente de l'extension de nom de domaine .org © Unsplash/Leon Seibert

Aux Etats-Unis, la Cooperative Corporation of .ORG Registrants a été créée pour bloquer la vente de l'extension de nom de domaine.org, a révélé le New York Times dans un article publié le 7 janvier 2020.

 

Cette association est dirigée par sept administration et réunit des pionniers d'internet comme Esther Dyson, ancienne présidente fondatrice de l'Internet Corporation of Assigned Names and Numbers (ICANN), Katherine Maher, présidente de la Wikimedia Foundation ou encore William Woodcock, directeur exécutif de Packet Clearing House. Cette nouvelle entité est également soutenue par l'Electronic Frontier Foundation, une ONG de protection des libertés sur internet basée à San Francisco, en Californie.

 

Le domaine .org est un "bien commun"

Ensemble, ils espèrent empêcher la vente de l'extension de nom de domaine .org à Ethos Capital, un fonds d'investissement privé spécialisé dans le développement et la transformation des entreprises de l'économique numérique, et annoncée en novembre 2019. Cette acquisition est survenue quelques mois après que l'ICANN a levé en juin 2019 la limite de prix sur les domaines en .org. A l'origine, ces noms de domaine étaient gérés par Public Interest Society, une organisation américaine à but non lucratif. 

 

Les membres de l'association estiment que le domaine .org est "un bien commun" qui ne devrait pas se trouver dans les griffes d'un investisseur privé. Via cette association, ils espèrent créer "un modèle alternatif avec un engagement à long terme pour l'internet ouvert et non commercial".

 

Une levée de boucliers

Le rachat de Public Interest Society par Ethos Capital a provoqué une levée de boucliers de toute part. Au-delà d'une potentielle augmentation des tarifs, c'est le risque de censure qui inquiétait ces personnes. Pour sensibiliser à ce danger, l'ONG Electronic Frontier Foundation a lancé fin novembre 2019 la campagne SAVE .ORG qui comprend une pétition déjà signée par Creative Commons, Wikimedia Foundation ou encore la Free Software Foundation.

 

On compte aujourd'hui environ 10 millions de site internet en .org.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media