Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Des tablettes sur les chantiers d'Eiffage : un cas d'école de la transformation digitale de l'industrie

En mettant des tablettes dans les mains des conducteurs de travaux pour effectuer des rapports de contrôle qualité, le groupe de BTP français Eiffage réalise d'importants gains de productivité. Un exemple concret des retombées directes de la transformation digitale d'un métier qui restait jusque-là très peu informatisé. Retour sur ce projet, de sa conception avec les équipes de Microsoft à ses premières applications.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Des tablettes sur les chantiers d'Eiffage : un cas d'école de la transformation digitale de l'industrie
Des tablettes sur les chantiers d'Eiffage : un cas d'école de la transformation digitale de l'industrie © Capture d'écran document Eiffage

C'est lors de sa visite au Microsoft Technology Center de Paris (l'espace où le groupe américain présente ses technologies aux entreprises) que le directeur financier des systèmes d'information d'Eiffage, Stéphane Bonhomme a eu le déclic. "Les différentes possibilités offertes par les applications Microsoft, en mobilité notamment, ont directement fait écho à des besoins métier que nous avions identifiés", explique-t-il. Parti d'un constat simple - la "levée de réserves" (le terme employé dans le BTP pour qualifier la gestion des défauts constatés sur un chantier) pourrait profiter des innovations technologiques comme les tablettes - ne restait plus qu'à développer l'application dédiée.

Un "story board" pour faciliter le dialogue avec les développeurs

"La première rupture dans ce projet réside dans la conception du produit final", raconte Stéphane Bonhomme. Plutôt que de réaliser un cahier des charges se présentant sous la forme traditionnelle d'une liste d'exigences à remplir pour l'application, un "story board" a été réalisé sur tablette. "Comme cette opération de contrôle qualité est réalisée par des conducteurs de travaux qui n'utilisent pas traditionnellement d'outils informatiques, il était très important pour nous d'avoir un outil intuitif et donc facile à prendre en main", indique Stéphane Bonhomme.

Les équipes d'Eiffage, en collaboration avec les développeurs de Microsoft, ont ainsi réalisé une maquette au "crayon numérique" faisant apparaître clairement l'interface souhaitée. Un mode de fonctionnement qui a favorisé une réalisation rapide d'une première version de l'application par Microsoft, et celle-ci répondait quasi-parfaitement aux attentes du groupe de BTP, limitant ainsi au strict minimum les habituels - et coûteux - allers retours entre un groupe et son sous-traitant pour réaliser une application informatique.

Adoption naturelle de la solution numérique

Depuis le mois d'octobre, l'application est testée dans le cadre de la construction d'un bâtiment résidentiel dans la ville d'Arcueil (Val-de-Marne). "L'idée n'est pas de faire du numérique pour faire du numérique, résume Stéphane Bonhomme, il fallait que les conducteurs de travaux abandonnent naturellement le crayon et le papier en se rendant compte par eux-mêmes que ce nouvel outil allait simplifier leur travail à chaque étape, le tout sans nécessiter de formation particulière".

Les premiers essais en conditions réelles se révèlent particulièrement concluants : sur leurs tablettes, les opérateurs accèdent rapidement aux plans des différents étages des bâtiments à construire, directement transmis en format électronique par les cabinets d'architectes qui travaillent pour Eiffage, et peuvent directement signaler des défauts en ajoutant facilement une photo. "Cette possibilité d'ajouter de l'image au texte qui décrit la réserve représente une autre innovation majeure de cet outil. La photo garantie en effet la parfaite compréhension de l'objet de la réserve auprès de tous les acteurs des différents corps d'états et sous-traitants impliqués dans sa levée préalable, explique Stéphane Bonhomme. L'intégration des outils Microsoft Office comme Outlook, Word et Excel permet en outre de communiquer facilement données et rapports aux différentes parties prenantes. Là aussi une petite révolution dans un secteur où la transmission des informations par papier présentait un certain nombre d'inconvénients, ralentissant le traitement des tâches à effectuer.

Gains de productivité

Cette solution sur tablettes présente de nombreux autres avantages : le fait de placer un point géolocalisé pour signaler une réserve permet de guider un opérateur jusqu'à elle. Une fonction qui s'avérera surtout utile sur de vastes chantiers comme celui de la ligne TGV reliant Le Mans à Rennes, sur lequel Eiffage va également tester sa nouvelle application. Enfin, directement reliée à son système d'information, l'application permet au groupe de BTP de récupérer quantité de données et de les exploiter rapidement. Il devient ainsi plus facile d'identifier un mauvais sous-traitant ou de réaliser des rapports sur son activité dans une région déterminée.

En prenant en compte l'ensemble de ces retombées, "l'application génèrerait un gain de productivité d'environ 20%", estime Stéphane Bonhomme. Un critère non-négligeable pour le directeur financier, qui y voit un moyen de délivrer tous les bons aspects de la numérisation.

Julien Bonnet

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

2 commentaires

Bulldozair.fr
09/02/2015 12h09 - Bulldozair.fr

La transformation numérique du BTP passe par des bonnes initiatives innovantes comme celle-ci mais la conversion du secteur se fera surtout par l'adhésion des PME et TPE. Pour ces TPE, transposer des méthodes d'entreprise générale (logiciels de reserves, d'OPR...) et leur appliquer ne fonctionne pas car ils n'ont pas les mêmes besoins. Les entreprises spécialisées ont besoin d'une numérisation qui leur permet dans un premier temps de faire plus facilement leur travail au sein de leur société : - coordonner ses équipes entre les chantiers et leur bureau - éviter les déplacements inutiles d'équipes ou de matériaux mais aussi de communiquer avec le même outil avec leurs clients ( EG ou MO). Il s'agit de faire ceci en amont et pendant le projet, dans le but justement de diminuer le nombre de réserves à l'arrivée. D'autant plus que les MO et MOE ne veulent pas lister plus facilement des reserves, ils veulent moins de reserves tout simplement, ce qui est à priori synonyme d'ouvrages de meilleure qualité.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

lahcen
27/01/2015 16h48 - lahcen

Oui des tablettes sur chantier un moyen efficace pour avoir tout d'abord le dossier d'exécution à disposition aussi bien les pièces écrites que les plans; toute la correspondance à la porté de la main aussi un moyen de communication en temps réel et enfin une économie de papier considérable. Pour moi l'adoption de la tablette sur les grands chantiers linéaires pourra contribuer à la résolution des problèmes plus rapidement et efficacement et engendrera une économie importante dans les déplacements.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale