Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

e-commerce : difficile d'exister hors des places de marché

Analyse Les marketplace, ces plates-formes de vente en ligne ouvertes à des commerçants tiers, sont en plein boom : en trois ans, leurs ventes ont quadruplé en France. Avec leurs gammes de produits très larges, elles attirent de nombreux visiteurs et sont donc bien référencées sur les moteurs de recherche, comme Google. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

e-commerce : difficile d'exister hors des places de marché
e-commerce : difficile d'exister hors des places de marché © william_christiansen - Flickr - Creative Commons

Les places de marché voient la vie en rose. Les volumes de ventes réalisés sur ces sites de e-commerce ouverts à des commerçants tiers ont progressé, sur un an, de 45% au troisième trimestre 2015, selon des chiffres diffusés le 18 novembre par la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad). En trois ans, le volume d'affaires de ces plates-formes web a même quadruplé.

 

DES PLATES-FORMES VISIBLES SUR GOOGLE

Le site de e-commerce le plus visité de France entre juillet et septembre 2015 est de très loin Amazon, le géant du net américain qui a imposé le modèle de la place de marché dans le monde. 35% des internautes se sont rendus sur la plate-forme pendant cette période. Amazon a enregistré plus de 16 millions de visiteurs uniques par mois en moyenne, contre un peu plus de 10 millions pour Cdiscount, le numéro deux du classement des e-commerçants les plus populaires de France, réalisé par la Fevad.

 

Pourquoi un tel succès des plates-formes ? A la fin du troisième trimestre 2015, 178 500 sites marchands étaient actifs en France, soit 100 000 de plus qu'il y a cinq ans. Pour ne pas être noyés dans la masse, les commerçants qui se lancent dans la vente en ligne doivent être visibles sur le net, être bien référencés par Google pour attirer des cyberacheteurs. Pas si facile face à la puissance des grandes place de marché, qui regroupent les offres de plusieurs marchands.

 

Un cercle vertueux

 "De nombreux cyberacheteurs utilisent Amazon comme ils utiliseraient Google. Le site est devenu un moteur de recherche de la vente en ligne, car il référence un nombre considérable d'articles", souligne Marc Lolivier, délégué général de la Fevad. Les clients se promènent sur la plate-forme avant de décider ce qu'ils ont envie d'acheter.

 

Le nombre d'internautes qui fréquentent les pages des marketplace est donc élevé. Elles sont mécaniquement mieux référencées sur Google que de nombreux petits sites de e-commerce. Ce phénomène attire les marchands qui veulent être visibles sur Internet. La gamme de produits des marketplace augmente donc constamment, ce qui vient alimenter le cercle vertueux. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

vincent
21/04/2016 14h54 - vincent

Triste, la fin de la diversité du web. Il ne restera que les ou 5 poids lourds du net qui présenteront tous les mêmes articles sur des sites tout blanc. Pire, la commissions de ces marketplaces (10 à 20%) font grimper l'addition. Et oui, comment un vendeur peut il s'en sortir avec cette marge en moins. Ces gros sites continueront de s'enrichir au frais des cybervendeurs qui ne feront que s’appauvrir et se plier à toujours plus contraignant. Les places des marchés n'ont été créées que pour rentabiliser les sites qui les hébergent et qui voyaient leur marge baisser. C'est regrettable, et l'arrivée de vendeurs à bas coup sur ces marketplaces (chinois par exemple) risque de changer la donne. Voir Cdiscount ou Amazon par exemple, et les vendeurs locaux, par manque de compétitivité verront leur CA leur échapper au profit de vendeurs à bas coup. Du coté des places de marchés, ils auront toujours une commissions. L'avenir du e-commerce est sombre pour les petits acteurs indépendants, mêmes ceux hébergés par les places des marchés. Les internautes devraient comprendre que le présent, au travers de leurs choix, assure leur futur. D'ailleurs, en comparent les prix, les marketplaces sont plus onéreuses. Changeons nos habitudes?

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media