Emmanuel Macron esquisse sa politique numérique pour la France

Dans une interview donnée au Figaro, le ministre de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique revient sur la politique en faveur du numérique du gouvernement. Outre un volet sur le financement, il appelle de ses voeux une révolution culturelle des grandes entreprises pour accélerer la transformation numérique.

Partager
Emmanuel Macron esquisse sa politique numérique pour la France
Emmanuel Macron, ministre de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique.

Même si c’est le premier Ministre, Manuel Valls qui présentera en juin la stratégie numérique de la France, Emmanuel Macron a précisé à nos confrères du Figaro sa propre feuille de route en la matière et défini la philosophie de son action. L’objectif n’est pas de "construire des grandes cathédrales numériques au niveau français." L’interventionnisme teinté de volontarisme n’est plus à la mode. En 2015, la politique menée vise à "agir de façon concrète et pragmatique pour moderniser nos règlements, notre économie, nos infrastructures et favoriser l’innovation." Pour y réussir, le ministre décline toute une série de mesures.

Sur le financement des jeunes pousses, Emmanuel Macron estime que la création de la BPI fait le job. Il compte donc s’attaquer "aux grosses levées de fonds, afin de financer la croissance des sociétés qui décollent." Emmanuel Macron annonce la venue en France à l’automne d’investisseurs internationaux qui rencontreront le président de la République. Le ministre indique aussi qu’une partie des sommes débloquées dans le cadre du plan Juncker pourrait servir à financer le capital-risque. Du moins il y travaille avec ses homologues allemand et italien.

"Révolution culturelle" demandée

Mais pas plus qu’il ne fait le bonheur, l’argent ne fait pas la transformation numérique. Emmanuel Macron estime que "le point le plus crucial est de faire travailler ensemble les start-up et les grands groupes établis, afin que le numérique se diffuse dans l’ensemble de notre économie." Pour cela, les grands groupes doivent, selon le ministre, accomplir "une révolution culturelle", passant d’une "culture de l’achat avec de fortes pressions sur les prix pratiqués par leurs sous-traitants, à une culture de la croissance et de l’innovation dans laquelle elles doivent apprendre à favoriser le développement des start-up avec qui elles travaillent." Reste à savoir comment il compte s’y prendre pour faciliter ou accélérer ce changement de culture.

A l’occasion de cette interview, le ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique rappelle des mesures déjà connues comme les trois priorités identifiées par le gouvernement dans le cadre des solutions pour l'industrie, à savoir les objets intelligents, l’économie des données et la confiance numérique.

La loi sur la croissance et l’activité qui est de retour à l’Assemblée nationale comportera un volet numérique renforcé avec "des dispositions relatives à nos infrastructures qui permettront d’accélérer le développement du très haut débit par la fibre et la couverture en Internet mobile." A cela s’ajouteront des mesures favorables à l’open data sur les données publiques et un texte que présentera en fin d’année Axelle Lemaire.

Par ailleurs, le ministre de l’Economie articule les politiques françaises et européennes. Il insiste sur la nécessité d’une régulation et de standards communs à même de favoriser "l’émergence d’un grand marché offrant une taille critique pour que des start-up pan-européennes puissent prendre part à la compétition mondiale."

Cette régulation commune ainsi que la politique concurrentielle unique devraient "parvenir à réguler les plateformes numériques géantes pour garantir notamment le respect de la vie privée des Européens." Les pratiques de dumping fiscal pour attirer les géants américains sont aussi dans la ligne de mire d’Emmanuel Macron, qui affirme ne pas vouloir "relâcher la pression."

Vidéo d'Emmanuel Macron en ouverture du colloque NPA-Le Figaro

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS