Emmanuel Macron reçoit les opérateurs télécoms pour parler très haut débit

Le Ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique reçoit ce 24 avril les patrons des quatre grands opérateurs télécoms français. Objectif : faire le point sur la couverture du territoire en très haut débit, en particulier.

Partager
Emmanuel Macron reçoit les opérateurs télécoms pour parler très haut débit

Pour la première fois depuis l’acquisition de SFR par Numericable il y a un an, les patrons des quatre grands opérateurs télécoms français se retrouveront autour d’une même table, le 24 avril, à Bercy. Emmanuel Macron, ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique, a en effet souhaité recevoir Stéphane Richard, PDG d’Orange, Martin Bouygues, PDG du groupe Bouygues, Olivier Roussat, PDG de Bouygues Telecom, Patrick Drahi, président du Conseil d’administration de SFR-Numericable et Maxime Lombardini, directeur général du groupe Iliad, à Bercy afin de faire un point sur le plan France très haut débit. Celui-ci vise à une couverture intégrale du territoire d’ici à 2022 avec 20 milliards d’investissements répartis entre acteurs privés et collectivités territoriales.

Plusieurs amendements autour de l’article 33 du projet de loi

Selon le cabinet du Ministre, le rendez-vous a pour but de faire un point avec les quatre opérateurs sur leurs investissements en matière de couverture mobile et fixe du territoire sur lequel Bercy dit avoir ressenti un ralentissement l’an dernier. L’objectif de la réunion est de faire en sorte que la "dynamique se poursuive", explique une porte-parole du ministre, qui ajoute que si l’obligation de "couverture mobile est aujourd’hui conventionnelle, elle pourrait être inscrite dans le cœur de la loi".

Le ministre a en effet présenté au Sénat un amendement à sa loi concernant en particulier l’obligation de couverture mobile des zones blanches et un renforcement des pouvoirs de l’ARCEP (Autorité de régulation des télécommunications électroniques et des postes). "Notre premier objectif est de les couvrir tous en 2G d’ici au 31 décembre 2016 et en 3G d’ici à la fin du premier semestre 2017", avait expliqué Emmanuel Macron devant la chambre haute. À travers cet amendement, nous définissons les projets de convention qui devront être finalisés dans les deux mois et mettons en place un mécanisme permettant à l’ARCEP de sanctionner les opérateurs qui ne respecteraient pas leurs engagements. Jusqu’à maintenant, il a suffi d’une mise en demeure ou d’une notification pour que les opérateurs se rangent ; il en ira sans doute de même cette fois encore." Le ministre souhaite visiblement vérifier qu’il a été entendu.

Emmanuelle Delsol

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS