En Allemagne, Google fait plier Axel Springer en deux semaines

L'éditeur allemand Axel Springer, en conflit avec Google sur la propriété intellectuelle, a renoncé le 5 novembre à interdire au géant américain de publier des résumés des articles de ses journaux, expliquant que cette mesure avait fait chuter la fréquentation de ses sites.

Partager
En Allemagne, Google fait plier Axel Springer en deux semaines
L'éditeur allemand Axel Springer, en conflit avec Google sur la propriété intellectuelle, a renoncé mercredi à interdire au géant américain de publier des résumés des articles de ses journaux, expliquant que cette mesure avait fait chuter la fréquentation de ses sites. /Photo d'archives/REUTERS/Thomas Peter

La fronde contre Google, menée par le groupe de médias Axel Springer, aura tenu... deux semaines. L'expérimentation a tourné court amenant le premier éditeur de presse allemand à autoriser de nouveau Google à reprendre gratuitement des extraits ou des photos de ses journaux dans les résultats de son moteur de recherche. Axel Springer, éditeur entre autres des journaux Bild et Die Welt, a vu le trafic vers ses différents sites chuter de 40% et celui des internautes redirigé via Google Actualités plonger de 80% au cours des deux dernières semaines. Mathias Doepfner, président du directoire d'Axel Springer, a déclaré que son groupe "aurait été évincé du marché" s'il avait persisté à demander à Google de payer pour reprendre des extraits de ses contenus.

la preuve de la toute puissance de google

En France, en Allemagne et en Espagne, les groupes de presse veulent faire payer Google, qui utilise gratuitement des photos, des extraits et des résumés de leurs articles dans les résultats de son moteur de recherche. En Allemagne, depuis l'année dernière, les éditeurs de presse ont désormais la possibilité d'interdire au groupe américain de reprendre leurs contenus.

Pour Mathias Doepfner, le résultat de l'expérimentation de ces deux dernières semaines est une preuve de l'écrasante puissance de Google sur le marché de la recherche. Il a dit espérer que les législateurs, les tribunaux et les autorités de la concurrence prendront des mesures pour limiter les pouvoirs du géant américain.

Un porte-parole de Google en Allemagne s'est félicité de la décision de Springer qui, a-t-il dit, "montre que Google apporte une contribution significative au succès économique des éditeurs de nouvelles".

Avec Reuters (Harro Ten Wolde et Eric Auchard, Claude Chendjou, Véronique Tison)

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS