Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

En difficultés financières, Magic Leap réfléchirait à se faire racheter

Vu ailleurs Magic Leap est-elle au pied du mur ? La start-up de réalité augmentée explore apparemment la possibilité de se faire racheter, après avoir dilapidé les milliards de dollars de fonds qu'elle a levés au cours des six dernières années. Elle prévoit officiellement la sortie d'un second produit en 2021.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

En difficultés financières, Magic Leap réfléchirait à se faire racheter
En difficultés financières, Magic Leap réfléchirait à se faire racheter © Magic Leap

La start-up de réalité augmentée Magic Leap réfléchirait à plusieurs options stratégiques pour son avenir, dont un grand partenariat ou même une revente, d'après une information de Bloomberg publiée le 11 mars. Elle aurait notamment rencontré Facebook et le géant médical Johnson & Johnson à ces fins. D'après les informateurs, Facebook n'est pas intéressé pas ce rachat.

Des milliards de dollars de fonds
Cette situation peut paraître surprenante pour cette entreprise basée en Floride, car elle a récolté plus de 2,6 milliards de dollars de fonds depuis sa création en 2014. Les observateurs avertis l'ont pourtant vu venir de loin. Magic Leap a profité de l'engouement suivant le rachat d'Oculus par Facebook en 2014, et a su séduire les investisseurs à l'aide d'une démonstration impressionnante sur un prototype auquel très peu de gens ont pu avoir accès. Elle s'accompagnait alors de promesses démesurées et de moqueries sur les autres acteurs du secteur, comme Oculus justement, ou Microsoft avec son HoloLens.

Google s'est fait convaincre assez tôt et a investi 542 millions de dollars, suivi par de nombreuses autres entreprises comme Alibaba, NTT Docomo, le fonds souverain de l'Arabie Saoudite ou encore l'opérateur télécoms AT&T. Mais le prototype qu'utilisait l'entreprise, de la taille d'un réfrigérateur, n'a jamais pu être miniaturisé. Elle a fini par sortir un premier produit en 2018, et la déception est immédiate après des années de vidéos promettant une révolution.

L'échec commercial du Magic Leap One
Si la start-up avait tenté de faire bonne figure à l'époque, le média spécialisé The Information a révélé en décembre 2019 que seuls 6000 exemplaires de ce premier produit, le Magic Leap One, ont trouvé preneurs au cours des six premiers mois de sa commercialisation. L'entreprise visait 100 000 unités vendues. Un camouflet prévisible tant son positionnement stratégique semblait incohérent. Magic Leap tentait en effet de s'adresser au marché grand public et ce alors que la technologie n'est tout simplement pas suffisamment mature. Surtout pour un produit vendu 2300 dollars.

Magic Leap tente désormais de se repositionner sur le marché B2B, et plus particulièrement sur les secteurs de l'industrie et de la santé, d'où cette tentative de rapprochement avec Johnson & Johnson (qui est par ailleurs actif en matière de formation immersive). Mais ce revirement semble tardif, surtout face à Microsoft qui s'y est attaqué beaucoup plus tôt. Ce dernier souffre de ses propres problèmes avec HoloLens 2 (fidélité des couleurs, capacité de production), mais il domine aisément le marché professionnel à l'heure actuelle.

Magic Leap tente depuis deux ans de renforcer son écosystème de développeurs d'applications B2B au travers de subventions et de rachats. Elle a notamment fait l'acquisition de la start-up française Mimesys. Elle s'était auparavant focalisée sur de petites démonstrations grand public, comme un partenariat avec le groupe de musique Sigur Ros.

à court d'options
Magic Leap arrive donc à court d'options. Son fondateur et CEO, Rony Abovitz, promet un second appareil pour 2021 qui représentera un bond en avant technologique, mais ses promesses semblent désormais insuffisantes. La source de Bloomberg cite un prix de revente "qui pourrait dépasser 10 milliards de dollars", ce qui semble complètement irréaliste étant donné la situation. Si elle ne trouve pas de repreneur, la start-up envisagerait de rentrer en bourse, mais sa valorisation risquerait alors de dégringoler.

La question est la suivante : qui aujourd'hui voudrait racheter Magic Leap ? Facebook développe ses propres solutions, tout comme Microsoft. Apple en fait de même, ce n'est pas vraiment un secret, et Amazon travaille également sur la question. De plus, l'année dernière, Sundar Pichai, le CEO de Google et d'Alphabet, a quitté le conseil d'administration de la start-up, qu'il avait rejoint dès 2014. Une prise de distance qui symbolise bien le désenchantement actuel.

S'ajoute à cela le fait que le marché de la réalité augmentée tel que l'envisage Magic Leap ne sera sans doute pas viable avant 2030. Seule une entreprise ayant les reins suffisamment solide pour investir à long terme sur la question sera donc susceptible d'en faire l'acquisition. L'issue la plus probable reste à nos yeux un rachat pour un montant relativement faible, de moins d'un milliard de dollars.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media