Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

En images : du livret A connecté à la carte bancaire à écran LCD, la BPCE plonge dans le digital

Photo Livret A connecté, carte bancaire avec écran LCD intégré, crowdfunding associatif, appli pour smartwatch... Le groupe bancaire BPCE (Banque Populaire et Caisse d'Epargne) donne un coup de jeune à ses offres et espère, grâce à ces quatre nouveaux services numériques, faciliter la vie de ses clients et sécuriser plus encore leurs transactions financières. 

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

BPCE retape ses offres à grands coups de numérique, pour tisser des liens plus étroits avec ses clients, qui ne voient pas leur conseiller tous les jours. La société développe de nouveaux outils, notamment avec S Money, une filiale créée en interne et dédiée à l'innovation, qui compte une trentaine de salariés. Le deuxième groupe bancaire de France veut faire participer autant que possible ses clients à la vie de leurs actifs financiers et sécuriser au maximum leurs transactions avec quatre nouvelles solutions :

 

Secouer l'antique Livret A en le connectant à une tirelire électronique

 

Près de deux fois centenaire, le Livret A avait besoin d'être dépoussiéré. L'Ecureuil, qui a créé ce dispositif financier en 1818, le numérise avec son nouveau service : "Livret A Connecter". Pour utiliser cet outil, les parents dont les têtes blondes disposent d'un compte d'épargne règlementé, ouvrent en ligne une tirelire électronique sécurisée (développée par S Money) et la relient au Livret A de leur enfant.

 

Ils peuvent ensuite concevoir un espace en ligne personnalisé autour de leur fils ou fille, avec des photos, des vidéos, et proposer à la famille d'alimenter le compte via le site dédié qui sera lancé fin 2015. Ces invitations (un lien qui pointe vers le portefeuille digital) peuvent être envoyées par mail ou sur les réseaux sociaux, à l'occasion de l'anniversaire du rejeton par exemple. Le service n'est pas gratuit : la banque prélève une commission d'1,5% sur les sommes collectées par les parents. Il sera d'abord disponible sur Facebook (avec lequel BPCE a signé un partenariat en mai), avant de s'étendre à d'autres sites, comme Twitter.

 

L'argent collecté sur la tirelire numérique est ensuite transféré sur le Livret A. L’Ecureuil espère connecter en 2016 10000 livrets naissance. Ce nouveau canal vise un public de jeunes parents qui ont apprivoisé le digital. Il sera étendu l'année prochaine à d'autres types de comptes règlementés, comme le livret développement durable. L'Usine Digitale s'est procuré un document de la Caisse d'Epargne expliquant en détail le projet (suite de l'article sous l'image). 

 

 

Un écran LCD sur les cartes bancaires

 

Pour limiter la fraude, BPCE va tester à partir du mois de septembre 2015 une carte à cryptogramme dynamique dit "motion code", dans ses deux principaux réseaux : Banque Populaire et Caisse d'Epargne. Les trois chiffres situés au dos des cartes, qui permettent de sécuriser les paiements en ligne, seront affichés sur un mini-écran LCD incrusté dans le plastique et alimenté par une batterie extra-plate intégrée. Ils changeront toutes les heures.

 

Le parcours d'achat des utilisateurs de ce nouveau système ne sera pas modifié : le code de sécurité de leur carte sera simplement modifié très régulièrement. Les fraudeurs qui l'auraient usurpé sur le net ou "de visu" ne pourront s'en servir que 60 minutes maximum, ce qui devrait limiter largement le vol. Les e-commerçants n'auront pas besoin de modifier leur système de paiement pour accepter les transactions réalisées avec ces cartes (aucun plug-in n'est nécessaire).

 

Ce système innovant, développé en partenariat avec le spécialiste des solutions de sécurité numérique Oberthur Technologies et Natixis Payment Solution, une filiale de la banque du même nom, sera testé au départ par 1000 clients.

 

 

Un site de crowdfunding réservé aux associations

 

Pour ses  250000 clients associatifs (un quart du marché tricolore), la Caisse d'Epargne lancera en septembre 2015 une plate-forme de crowdfunding dédiée au don. Le site leur permetra de collecter facilement de l'argent, mais aussi des dotations en nature auprès du grand public. La banque, qui se présente comme le premier financeur privé de l'économie sociale et solidaire, veut réduire le coût des collectes de fonds, qui sont encore effectuées directement dans la rue, ou par courrier.

 

Les associations ouvriront sur le site un espace dédié décrivant leur projet. Elles seront identifiées par de potentiels "backers", en fonction de leur activité et de leur implantation géographique. Elles gèreront directement en ligne les reçus fiscaux de leurs donateurs (qui pourront bénéficier d'une réduction d'impôts). D'autres plates-formes de financement participatif existent. L'Ecureuil espère séduire les associations grâce à des commissions faibles : de 1,8 à 3% des montants collectés, contre 7 à 10% en moyenne pour les nouveaux acteurs du crowdfunding.

 

 

Une appli smartwatch pour les pros

 

Les clients professionnels de la Banque Populaire peuvent gérer les flux financiers de leur entreprise, provenant de tous leurs comptes bancaires (même s'ils en ont ouvert ailleurs que chez BPCE), à partir d'une application pour smartwatch : Suite entreprise watch. Le dirigeant peut consulter ses relevés de comptes bancaires depuis sa montre connectée Apple ou Android, valider des transferts de fonds vers des comptes tiers...  Cette application est dérivée d'un programme plus large, intitulé Suite entreprise, qui permet aux patrons de gérer facilement leurs flux bancaires à distance. Elle existait depuis 2012 en version mobile.

 

Si un compte en banque vers lequel une société s'apprête à transférer de l'argent est situé dans un pays considéré comme "à risque" par le groupe, l'application prévient son utilisateur, en lui demandant s'il souhaite vraiment effectuer le virement. Objectif de cette nouvelle fonctionnalité : limiter au maximum la "fraude au président", méthode utilisée par des escrocs connaissant très bien l'environnement des groupes et se faisant passer pour le patron en demandant aux salariés de faire un virement vers un compte frauduleux.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale