Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

En se rapprochant des start-up, le Medef espère une cure de jouvence

L’organisation patronale veut soutenir les start-up. Le Medef s'engage dans "Start-up Trampolino", l’initiative de jeunes entrepreneurs qui font six propositions pour faciliter la vie des jeunes pousses. Un moyen pour le Medef de donner un coup de jeune à son mouvement et de défendre les valeurs de l'entrepreneuriat.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

En se rapprochant des start-up, le Medef espère une cure de jouvence
En se rapprochant des start-up, le Medef espère une cure de jouvence © Rodrigo SEPÚLVEDA SCHULZ- Flickr - C.C.

Le Medef veut se rapprocher des start-up. Le mouvement patronal accompagne "start-up Trampolino", une initiative lancée par six jeunes entrepreneurs du numérique. "Nous voulions voir quelles étaient les difficultés rencontrées par ces entrepreneurs et quelles étaient leur priorités, explique Thibault Lanxade, le vice-président du Medef en charge des TPE-PME. Ces start-upers ont travaillé sur six problématiques et nous avons cherché à voir comment le Medef pouvait apporter son concours."

 

Six propositions visant à faciliter la vie des start-up sont ressorties du projet. Chacune a été prise en charge par l’un des start-uper, coaché par l’organisation patronale. Certaines des propositions s’accompagnent d’initiatives made in Medef.

 

La première idée consiste à créer un statut spécifique pour les start-up, qui leur permettrait de simplifier leur relation avec les différentes administrations (fiscale, sociale, etc.). Droit du travail adapté et fiscalité allégée font partie des propositions. Le Medef planche justement sur des préconisations au gouvernement visant à assouplir les relations entre l’administration et les PME. L’organisation patronale devrait les diffuser d’ici la fin de l’année.

 

Un hackathon en janvier

 

Le projet Trampolino propose également de mettre en place une plate-forme internet regroupant les différentes sources de financements, publiques et privées, disponibles pour les jeunes pousses. "Nous allons lancer un hackathon début janvier, pendant lequel les dirigeants de start-up viendront construire cette plate-forme, explique Thibault Lanxade. Le Medef fournira le gîte, le couvert et les outils."

 

Les jeunes start-upers préconisent par ailleurs d’améliorer les relations avec les grands groupes et les ETI. Les start-up rencontrent en effet souvent des difficultés pour conclure leurs premières ventes avec ces donneurs d’ordres aux processus d’achats complexes. Le Medef propose de créer des "démo days", pendant lesquels ces différentes entreprises pourront se rencontrer en petits comités.

 

Enfin, Trampolino propose de développer la culture entrepreneuriale, généraliser l’apprentissage de l’entrepreneuriat à l’école, ou encore d’aider les start-up à pivoter lorsqu’elles rencontrent des difficultés.

 

Les six propositions demeurent assez classiques, certaines font même écho à des initiatives de la French Tech ou de Bpifrance. "C’est complémentaire, assure Thibault Lanxade. Ce n’est pas une énième association mais plutôt un collectif qui s’engage sur du concret." Pour le Medef, l’initiative permet de rafraîchir un peu son image institutionnelle. En soutenant Trampolino, l’organisation patronale se rapproche du très dynamique écosystème français du numérique. Et raccroche les wagons d’un mouvement trusté par l’initiative de la French Tech.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale