Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Et si Swatch voulait finalement dire "smart watch" ? Le Suisse prépare sa première montre intelligente

Selon Bloomberg, Swatch se lance à son tour dans la course aux montres connectées. Pourtant en 2013, Nick Hayek, le PDG de Swatch avait publiquement exprimé ses doutes quant à la réussite du concept même de montre intelligente. Deux ans après, la smartwatch de l'horloger suisse est dans les starting-blocks et elle promet d'être "différente". 

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Et si Swatch voulait finalement dire smart watch ? Le Suisse prépare sa première montre intelligente
Et si Swatch voulait finalement dire "smart watch" ? Le Suisse prépare sa première montre intelligente © chinnian - Flickr - CC

Après TAG Heuer ou encore la maison LVMH, c'est au tour de Swatch d'annoncer son modèle de smartwatch qui devrait sortir "dans les trois prochains mois", explique le PDG de la marque, Nick Hayek à Bloomberg. En même temps que l'Apple Watch que le suisse veut défier... Ambitieux !

SWATCH mise sur l'autonomie

L'horloger suisse n'a pas fourni une multitude de détails mais on sait déjà que sa montre intelligente pourra être connectée à internet sans avoir "besoin d’être rechargée". Un atout pour Swatch qui pourrait donc miser sur la bonne vieille pile ronde pour faire fonctionner sa smartwatch et gagner en autonomie, à l'image de la Withings Activité.

Concernant le système d'exploitation, elle devrait être compatible avec des smartphones sous Android et Windows mais Nick Hayek n'a pas évoqué l'iOS d'Apple. Enfin, là encore comme l'Apple Watch, le bijou connecté de Swatch devrait permettre les paiements mobiles en embarquant la technologie NFC.

Le revirement stratégique de la marque

L'annonce de Swatch est d'autant plus surprenante qu'en 2013, Nick Hayek ne cachait pas son scepticisme sur le potentiel de la smartwatch. Le PDG de Swatch allait même jusqu'à affirmer que la montre intelligente "ne sera pas une révolution" : les écrans trop petits et l'autonomie restreinte étaient alors les défauts majeurs qu'il invoquait pour justifier son hostilité au concept.

Ce qui peut nous laisser croire que sa montre connectée sera radicalement différente maintenant qu'il a décidé de prendre le train en marche. 

Wassinia Zirar

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale