Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Etude] Le chiffre d'affaires des start-up françaises en hausse de 23% sur 2021

Étude Avec des revenus s'élevant à plus de 8 milliards d'euros sur 2021, le chiffre d'affaires des start-up de la French Tech a augmenté en moyenne de 23% par rapport à 2020, selon un baromètre réalisé par France Digitale et EY. L'association, qui regroupe des entrepreneurs et investisseurs du numérique, est confiante pour la suite malgré le contexte macro-économique difficile.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

[Etude] Le chiffre d'affaires des start-up françaises en hausse de 23% sur 2021
[Etude] Le chiffre d'affaires des start-up françaises en hausse de 23% sur 2021 © Unsplash - Andrea Maschio

Les start-up françaises se portent bien. Après avoir levé un montant record de 11,58 milliards d'euros sur l'année 2021 et face à un contexte macro-économique difficile, une dynamique en berne était attendue du côté des start-up. Mais les jeunes pousses françaises semblent s'en sortir. C'est ce qu'il ressort d'un baromètre publié le 20 septembre 2022 qui a été réalisé par France Digitale et EY en amont du France Digitale Day qui se tient le 28 septembre. Un baromètre réalisé auprès de 583 start-up entre juin et août 2022.
 

Des revenus à plus de 8 milliards

Le chiffre d'affaires des start-up a augmenté en moyenne de 23% entre 2020 et 2021 avec des revenus s'élevant à plus de 8 milliards d'euros. 39% des start-up interrogées pensent doubler leurs revenus en 2022 ce qui pourrait permettre à cette tendance haussière de perdurer. "Cette étude démontre la montée en puissance des start-up de la French Tech qui offrent malgré les conditions économiques, un profil de forte croissance de leurs chiffres d’affaires, d’importantes créations d’emplois en France tout en profitant pleinement des opportunités à l'international", déclare Franck Sebag, associé EY et co-auteur de l'étude.

Une autre preuve de cette bonne dynamique : 98% des start-up prévoit de nouveaux recrutements en 2022 et 60% assure que le recrutement est le premier défi à relever dans les dix prochaines années. La guerre des talents devraient perdurer. Comment attirer les meilleurs profils ? Comment les garder ? Des sujets sur lesquels vont devoir continuer à travailler les start-up de la French Tech.

Un ralentissement des levées ?

En 2021 le montant moyen levé par les start-up depuis leur création était de 32 millions d'euros contre 18 millions d'euros en 2020. Toutefois, la hausse des prix et le remboursement des prêts garantis par l'Etat (PGE) accordés pendant la pandémie de Covid-19 affectent les jeunes pousses. 62% d'entre elles déclarent avoir moins de 12 mois d'avance de trésorerie. Et les levées de fonds semblent ralentir après un début d'année en fanfare avec les levées de Payfit, Back Market, Qonto, Ankorstore… Toutefois, les analystes du secteur semblent plutôt confiants sur ce sujet. InnovaFeed et ZePlug viennent d'annoncer mi-septembre des levées de fonds de 250 et 240 millions d'euros.

"Les résultats de l'étude démontrent la résilience, l'optimisme et la maturité des start-up face à un contexte économique incertain et à un impératif de responsabilité sociale et environnementale", commente Maya Noël, directrice générale de France Digitale. Mais pour les aider à se développer (et à recruter), les start-up déclarent avoir "le besoin absolu d'accéder à un marché européen unifié". Un avis partagé par France Digitale pour qui l'harmonisation du cadre réglementaire commun au niveau européen et le fait d'avoir une législation pérenne pour toutes les start-up est l'un des chantiers principal.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.