Europe numérique : un moteur franco-allemand trop arrogant ?

Le 27 octobre, à Paris, la France et l’Allemagne ont présenté leur plan pour une Europe numérique.

La volonté des deux pays d’en devenir le moteur pourrait bien apparaître comme de l’arrogance aux 26 autres membres de l’Union.

Partager
Europe numérique : un moteur franco-allemand trop arrogant ?

La France et l’Allemagne rêvent de prolonger l’axe industriel Paris-Berlin à l’ère du numérique. Mais le 27 octobre, sous les ors de l’Elysée, et en présence de François Hollande et Angela Merkel, les deux pays sont allés plus loin. Et ont expliqué haut et fort comment ils allaient montrer la voie de la transformation numérique à l’ensemble de l’Union et à ses 26 autres membres.

La journée a été l’occasion d’officialiser des intentions et des actions concrètes : accords d’investissement dans des start-up européennes, promesse d’un statut de JEI (jeune entreprise innovante) franco-allemand, dispositif d’investissement partagé entre les banques publiques Bpifrance, KfW pour l’Allemagne et Cassa Depositi et Presiti pour l’Italie, un rapprochement attendu entre les initiatives Industrie 4.0 et Industrie du futur. Sans oublier les 15 propositions communes du CNNum et de son double outre-Rhin, le BJDW.

Un pari à double tranchant

Une grande opération de communication assumée qui s’est bien sûr déroulée en présence du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker et du pilote de la réforme européenne du numérique, Andrus Ansip. Mais en l’absence des 26 autres pays de l’Union. La présence de Risto Siilasmaa, président de Nokia, germanophone et à la tête d’un groupe franco-finlandais ou l’évocation de la Cassa Depositi et Presiti italienne dans le cadre d’un accord avec ses homologues allemande et française risquent de ne pas suffire à combler ce manque.

Le couple franco-allemand s’est auto-proclamé "moteur de l’Europe numérique". Et le pari est à double tranchant. Certes, l’Europe a besoin d’accélérer le mouvement face au raz-de-marée californien et à celui qui se profile depuis l’Asie, face aux de ses start-up à se transformer en licornes, face au challenge de l'adaptation de sa régulation au numérique sans se laisser corrompre par lui, etc. Et Paris et Berlin ont des atouts à jouer. Mais, ils ne sont pas les seuls. Et leur posture pourrait froisser quelques egos européens. Quid des stratégies britannique, espagnole, scandinave et même estonienne, qui auraient eu leur place dans de telles discussions ? Il aurait sans doute été complexe d’organiser ce sommet à 28, mais les autres pays membres pourraient bien se braquer face aux propositions unilatérales du duo.

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS