Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Evercontact lève 1 million de dollars pour s'implanter dans la Silicon Valley

La start-up spécialisée dans la mise à jour automatique des carnets d’adresse veut ouvrir une filiale aux Etats-Unis. Elle se fait financer par le fonds de capital-risque d’Axa Strategic Ventures et sera accompagnée par Ubi i/o, le programme d’accélération internationale de Business France et Bpifrance.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Evercontact lève 1 million de dollars pour s'implanter dans la Silicon Valley
Evercontact lève 1 million de dollars pour s'implanter dans la Silicon Valley

Evercontact met la dernière main à sa stratégie de conquête du marché américain. La start-up spécialiste de la linguistique et du big data vient de lever 1 million de dollars auprès du fonds de capital-risque de l’assureur Axa pour financer une prochaine implantation à San Francisco.

Le service développé par la jeune pousse permet d’extraire les données de contacts situées dans les e-mails, d’en analyser la pertinence pour l’utilisateur, puis de les utiliser pour mettre à jour le carnet d’adresse ou les comptes d’un logiciel de relation client (CRM). "Le produit est au point, il marche bien, déclare Philippe Laval, le président et cofondateur d’Evercontact. Nous devons maintenant travailler sur l’acquisition de clients."

La start-up met toutes les chances de son côté pour son projet. Elle s’appuie d’abord sur son partenaire assureur. Avant d’ouvrir son capital au fonds Axa Strategic Ventures, Evercontact avait participé au programme d’accélération de la compagnie d’assurance. "C’est un programme intéressant, car il est toujours difficile pour une start-up de vendre à des grandes entreprises, explique Philippe Laval. L’accélération nous a permis de comprendre leur processus de décision et, au final, de travailler avec Axa en Belgique et sur des projets de R&D."

Evercontact en chiffres

Chiffre d’affaires : 400 000 dollars en 2014
Effectif : 11 personnes
Montant de la levée de fonds : 1 million de dollars
Investisseur : Axa Strategic Ventures
Secteur : big data

 

80 % du chiffre d’affaires à l’étranger

Mais le marché américain constitue l’un des principaux débouchés pour la solution d’Evercontact. La société réalise déjà 80 % de son chiffre d’affaires à l’étranger, dont une grande partie aux Etats-Unis. Elle a même reçu deux propositions de rachat par des entreprises américaines, tentatives qui n’ont cependant pas abouti.

Pour accélérer son développement, elle doit désormais s’installer directement sur place. "Nous voulons ouvrir une filiale à San Francisco et recruter une équipe marketing et ventes, annonce Philippe Laval. Mais nous garderons toute la R&D et la technique en France."

Là encore, Evercontact est allé chercher les soutiens nécessaires. La start-up a été sélectionnée par le dispositif Ubi i/o de Business France (ex-UbiFrance) et Bpifrance. Ce programme vise à accompagner huit start-up, pendant dix semaines, dans la Silicon Valley pour des sessions de coaching, de formation et de rencontres avec les acteurs locaux. "Je pars dans 15 jours pour deux mois complets, confie Philippe Laval. Mes objectifs seront de bien comprendre les techniques d’acquisitions de clientèle dans notre domaine, de trouver des talents sur place et de recruter au moins un "advisor" pour notre conseil de surveillance."

D’ici quelques mois, Evercontact espère pouvoir réaliser une levée de fonds plus significative auprès d’investisseurs américains. Elle doit pour cela réussir à gagner à la fois en visibilité sur le marché américain et en taille, pour attirer des capitaux-risqueurs sur des montants plus élevés. Après un chiffre d’affaires de 400 000 dollars en 2014, Evercontact compte dépasser son premier million en 2015.

Arnaud Dumas

L’argument convaincant

Evercontact réalise déjà une bonne partie de ses ventes aux Etats-Unis. Une implantation locale, avec une équipe de ventes dédiée, devrait lui permettre d’accélérer l’acquisition de nouveaux utilisateurs.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media