Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Exilé à San Francisco, Docker remet un pied en France avec un bureau de R&D

Lors du France Digitale Day, le fondateur français de Docker, Solomon Hykes, a annoncé la création prochaine d'un bureau de R&D à Paris.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Exilé à San Francisco, Docker remet un pied en France avec un bureau de R&D
Solomon Hykes (au centre du ring) face à Frédéric Mazzella de Blablacar lors du France Digitale Day © Sylvain Arnulf - L'Usine Digitale

Si Solomon Hykes avait créé Docker (ou plutôt Dotcloud, de son ancien nom) à Paris en 2015 plutôt qu'en 2008, aurait-il eu besoin de s'exiler à San Francisco pour trouver les financements nécessaires à son développement ? Pour Frédéric Mazzella, patron de Blablacar, pas forcément. Il a tenté de convaincre son compatriote lors d'une des "battles" du France Digitale Day, le 15 septembre.

 

"En cinq ans, la situation a vraiment évolué en France. Il est vraiment possible de lever de l'argent de n'importe où dans le monde aujourd'hui, la seule chose est de penser global dès le départ, d'avoir de la traction sur le marché et de bâtir un solide business model, a argumenté Frédéric Mazzella. Aujourd'hui, on peut créer des licornes européennes".

 

Pour preuve, Blablacar devrait d'ailleurs rejoindre ce club des start-up valorisées plus d'un milliard de dollars très prochainement, même si son PDG n'a pas confirmé officiellement une nouvelle levée de fonds.

 

Pour le fondateur de Docker, l'enjeu financier a pesé lourd dans la balance au moment de quitter Paris en 2010. "Nous n'avions pas de financement en France, nous en avons trouvé en Californie : nous sommes donc allés en Californie. Ce n'était pas une stratégie planifiée, mais un choix pragmatique", explique-t-il. "Il était tout de même logique de s'installer tout près de là où travaillent la majorité des développeurs, alors que notre produit s'adresse à eux".

 

5 personnes à Paris d'ici fin 2015

Mais Solomon Hykes n'oublie pas totalement la France, même s'il ne compte pas y revenir à plein temps, et reste convaincu de son potentiel. "Je serais ravi de voir de nouveaux Docker émerger en France, je suis même prêt à les aider !" glisse-t-il.

 

Preuve d'amour supplémentaire : la licorne américaine (comme Facebook et Intel avant lui) va créer un petit bureau de R&D à Paris. Cinq personnes devraient y travailler d'ici la fin 2015. Pour expliquer cette implantation, le fondateur de la start-up souligne que la France possède la première communauté Docker hors des Etats-Unis, avec plusieurs milliers de membres pour le Docker Group parisien en ligne. Les talents français ne manquent donc pas, et Solomon Hykes compte bien s'appuyer sur eux. A San Francisco comme en France.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media