Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Expo 2020, Smart city... Dubaï, une opportunité pour les start-up de la French Tech

mis à jour le 11 octobre 2017 à 19H10
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Dans le cadre du salon Gitex 2017, qui se tient du 8 au 12 octobre à Dubaï, Business France a accueilli 19 entreprises françaises de la tech, dont 10 start-up, sur le Pavillon France. Une belle vitrine pour la French Tech dans cette région à fort potentiel, notamment en prévision de l’exposition universelle de 2020 et du plan Dubaï Smart City.

Expo 2020, Smart city... Dubaï, une opportunité pour les start-up de la French Tech
Business France a accueilli 19 entreprises françaises de la tech sur le Pavillon French Tech du Gitex 2017 © Stéphanie Mundubeltz-Gendron

"Les Français ne pensent pas forcément à Dubaï et au Moyen-Orient lorsqu’ils veulent développer leur start-up", indique Christelle Peyran, responsable de la filière Tech & Services au sein de Business France sur les Emirats arabes unis, le Qatar, Koweit et Oman... Pourtant, la première ville des Emirats arabes unis offre de belles opportunités pour les entreprises de la tech.

 

Dubaï, des opportunités et des fonds pour les start-up

Avec l’exposition universelle de 2020 et le plan du gouvernement pour faire de Dubaï une smart city, le potentiel est intéressant. "Le gouvernement a investi 7 à 8 milliards de dollars pour faire de Dubaï une ville intelligente et heureuse. Il y a énormément d’attentes et de besoins. Avec ces initiatives, ils sont à la recherche de nouvelles start-up", poursuit-elle. "L’écosystème start-up correspond totalement à cet objectif-là", ajoute Fadwa Belhaj, chargée de développement Tech et Services de Business France. Sans compter que la région compte des investisseurs… "Ce sont des marchés où on peut avoir des Family Office qui peuvent investir 5 à 6 millions de dollars", selon Fayssal Majid, IT Project Manager chez Business France (Export).

Secteurs porteurs pour les start-up
Selon Business France, les secteurs représentant le meilleur potentiel pour les start-ups françaises sont les énergies renouvelables, les transports, le domaine de la cyberdéfense, les nouvelles technologies, l’éducation et la santé. Notamment dans le cadre du souhait des Emirats arabes unis de devenir un modèle mondial de smart cities.
Pour les start-ups françaises qui souhaitent se développer dans la région, l’IoT, l’open source, le cloud computing et la dématérialisation, les fintech, l’e-commerce, les fintech et la cybersécurité constituent les meilleures opportunités, toujours selon l'organisme.
Dans ce contexte, le Gitex est une belle vitrine pour les entreprises françaises. "C’est LE salon par excellence pour les nouvelles technologies du numériques. Après le CES, le MWC et le Cebit, c’est l’un des cinq premiers salons au monde dans ce domaine, avec plus de 150 000 visiteurs, assure Fayssal Majid. Il y a un tel appétit pour les technologies françaises que la plupart des sheikhs qui passent sur le salon ne sont pas là pour faire du buzz : c’est avant tout pour le business." Intéressant pour les start-up en recherche de fonds. "Notre intérêt d’être aux Emirats arabes unis, c’est l’expo 2020 qui arrive et leur vision 2030 de smart city connectée. Ils sont en avance sur l’IoT. Et c’est dans notre intérêt de discuter avec un acteur aussi puissant dans ces technologies et qui croit en l’avenir pour trouver des distributeurs, aller dans le sens de leur vision et les accompagner dans le changement", commente Ingrid Canal, directrice marketing d’Oledcomm, start-up précurseur dans la technologie Lifi.


French Tech Hub Dubaï, un an et de belles réussites

C’est d’ailleurs devant ce potentiel que le French Tech Hub Dubaï a été lancé en 2016, à l’occasion du 36e Gitex. Un an plus tard, la French Tech à Dubaï, c’est 370 personnes, 50 start-up et quelques réussites. "Le French Tech Hub de Dubaï est composé de certaines licornes, comme Sigfox (en discussions avancées pour équiper Dubaï, ndlr) ou Criteo. Il comprend aussi des réussites d’entrepreneurs français qui se sont lancés ici dernièrement", déclare Ludovic Pouille, nouvel ambassadeur de France auprès de l’Etat des Emirats arabes unis, lors de son discours d’afterwork auprès des exposants français du Gitex.

De plus en plus de fonds 
Plus de 750 millions de dollars ont été investis auprès de 450 start-ups dans la région MENA entre 2013 et 2015, selon Arbanet cité dans une note de Business France. Des chiffres qui devraient bien progresser. "Les inititaives gouvernementales aident l’ensemble de cette démarche pour la digitalisation de l’économie. Il y a une concurrence très intense entre les pays arabes afin de se digitaliser. Dubai est en avance. C’est pour ça qu'on voit aussi l'arrivée de l’Arabie saoudite qui a lancé un fonds souverain avec SoftBank de 100 milliards pour aider au développement des start-up, et faire des partenariats avec des étrangers", comstate Fayssal Majid IT Project Manager chez Business France (Export).

 

Parmi eux, l’ambassadeur cite Idriss Al-Riffai, fondateur et ambassadeur de la French Tech et CEO de Fetchr (service de livraison basé non pas sur une adresse mais sur la géolocalisation mobile, ndlr), qui vient de lever 41 millions de dollars en série B auprès de plusieurs fonds d’investissements ; Marc Fleschen, fondateur de zero.1 et gagnant des French Tech Awards, qui a équipé en Lifi le quartier Dubai Design District ; Mathieu Guinard, fondateur de Glambox, référencée dans les 100 start-up les plus performantes du monde arabe pour la troisième année consécutive par Forbes Middle East 2016. D’autres commencent aussi à bien s'implanter, comme Velours, expert en sécurité et management des risques, qui a été retenu suite à un challenge de Dubai Police pour rejoindre Future Accelerator, programme destiné aux entreprises de pointe, lancé par le Prince héritier du Sheikh en partenariat avec le gouvernement de Dubaï, pour les projets de smart city.

 

"Sur le Gitex, j’ai découvert des produits et des personnalités. J’en sors très impressionné. Je suis convaincu qu’il y a des opportunités et un gros potentiel à exploiter. Ce n’est pas facile, mais Business France et l’ambassade peuvent vous aider (…) On dit que les Français sont de grands ingénieurs, de très bons créateurs, mais pas forcément de bons 'marketeurs'. A nous de prouver le contraire collectivement", pousuit Ludovic Pouille.  Pour l'édition 2018, l’ambassadeur ambitionne de doubler le pavillon : "Tout le monde parle de Las Vegas, je souhaite que d’ici un an ou deux, on mette Dubaï à un pied d’égalité avec Las Vegas". Un challenge de taille.

 

Liste des entreprises de la French Tech présentes au Gitex 2017

  • 2CRSI
  • a2ia
  • Arts Energy
  • ATA sas
  • Cirpack
  • Elix Energy
  • Grolleau
  • Kerlink
  • Linagora
  • Nexa
  • Bubblefish Entertainment
  • MI Technologies
  • Novathings
  • Oledcomm
  • Plussh
  • Squareway
  • Syma by BNP Paribas Peronal Finnace
  • Wassa
  • Wistiki

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale