Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Face aux accusations, Microsoft souhaite revoir sa politique en matière de harcèlement sexuel

Le cabinet d'avocats Arent Fox a été mandaté par Microsoft pour évaluer la manière avec laquelle les plaintes pour agressions sexuelles et discriminations envers les femmes ont été prises en compte. Un rapport de transparence sera publié à l'issue de cet examen. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Face aux accusations, Microsoft souhaite revoir sa politique en matière de harcèlement sexuel
Face aux accusations, Microsoft souhaite revoir sa politique en matière de harcèlement sexuel © Pixabay

Le conseil d'administration de Microsoft a engagé un cabinet d'avocats pour évaluer la manière avec laquelle les plaintes pour agressions sexuelles et discriminations contre les femmes ont été traitées.

Un rapport de transparence
Les juristes d'Arent Fox seront chargés d'établir un rapport public de transparence "évaluant l'efficacité des politiques, de la formation et des politiques connexes de l'entreprise en matière de harcèlement sexuel et de discrimination sexuelle sur le lieu de travail". 

Les avocats devront également faire une évaluation de l'enquête précédemment ouverte sur Bill Gates, co-fondateur et ancien PDG de la société. Il aurait entretenu une relation intime avec une employée de Microsoft, rapportait le Wall Street Journal en mai 2021, ce qui aurait en partie provoqué son divorce avec Melinda Gates. Il est aussi accusé d'avoir envoyé des emails "aguicheurs" et "inappropriés" à une employée en 2017. Un cabinet d'avocats avait déjà été mandaté pour enquêter sur ces faits mais le milliardaire a démissionné de son poste au conseil d'administration avant que l'examen ne soit terminé. 


"Nous nous engageons non seulement à examiner le rapport mais également à tirer les leçons de l'évaluation afin de pouvoir continuer à améliorer les expériences de nos employés", a déclaré Satya Nadella, le CEO de Microsoft, dans un communiqué. "Je considère cet examen complet comme une opportunité de continuer à m'améliorer", a-t-il ajouté. 

Des changements de culture prévus
Le conseil d'administration prévoit de son côté de publier un rapport sur les changements proposés à l'issue de cette évaluation pour "améliorer l'expérience de nos employés". "Notre culture reste notre priorité numéro un et l'ensemble du conseil d'administration comprend l'importance cruciale d'un environnement sûr et inclusif pour tous les employés de Microsoft", peut-on lire dans le communiqué. 

Microsoft n'est évidemment pas la première entreprise technologique impliquée dans des faits d'agressions sexuels. En juillet 2020, Libération publiait une enquête dans laquelle une vingtaine de témoignages accusaient une douzaine de managers d'Ubisoft de harcèlement et d'agressions sexuelles. Les accusations visaient particulièrement le numéro 2 de l'entreprise, Serge Hascoët. Face à ces déclarations, l'éditeur de jeux vidéo avait ouvert une enquête interne et avait également décidé de procéder à un remaniement d'ampleur au sein de sa direction.

Activision Blizzard, l'un des plus grands éditeurs de jeux vidéo du monde et fraîchement racheté par Microsoft, enchaîne les scandales depuis des mois pour des pratiques de harcèlement systématique dénoncés par d'anciens et d'actuels employés au sein de ses studios. Plusieurs procédures judiciaires sont en cours à ce sujet et l'entreprise a déjà payé 18 millions de dollars en septembre dernier dans le cadre d'une telle plainte.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.