Fin de partie pour l’éditeur héraultais Tellmeplus

C’est une aventure entrepreneuriale numérique de plus de huit ans qui a été stoppée le 20 mai 2019 avec la liquidation de Tellmeplus, auteur d’une plateforme d’analyse prédictive des données faisant appel au machine learning. L’éditeur n’a pas réussi à lever les 8 millions d’euros nécessaires pour continuer l’aventure.

Partager
Fin de partie pour l’éditeur héraultais Tellmeplus
"La liquidation a été prononcée le 20 mai, nous avons tenu le 22 mai notre dernier board", précise le fondateur et directeur général délégué de Tellmeplus, Jean-Michel Cambot, à L’Usine Digitale à la sortie d’une réunion avec le liquidateur. "Nous n’avons pas réussi à lever les 8 millions nécessaires pour passer à l’étape 2. Ça s’est joué à très peu", regrette le dirigeant, qui avait lancé cette recherche de fonds depuis le début 2018.
"Nous avions réuni 2 millions d’euros avec une lettre d’intention d’un très grand industriel français, ainsi que 4 millions auprès d’autres investisseurs", assure-t-il. Tellmeplus avait aussi sollicité Bpifrance, mais sans succès. "Nous avons aussi été approchés par des sociétés américaines et chinoises, mais cela demandait des autorisations et les contacts n’ont pu aboutir dans les temps..."
Logiciel d'analyse prédictive
Depuis Saint-Clément-de-Rivière près de Montpellier, l’entreprise a développé une plateforme SaaS baptisée Predictive Objects, faisant appel au big data et à l’intelligence artificielle pour automatiser la création de modèles prédictifs. Objectif : permettre aux experts humains de réaliser plus rapidement des prévisions plus précises, en matière de ventes, de maintenance prédictive... Le technologie brevetée Meta Active Machine Learning fait appel à une base d’algorithmes (sélectionnés, paramétrés, testés) pour répondre à une question métier et la solution est déployable dans le cloud, les objets et machines connectés. Tellmeplus avait en production un client, ABB, en maintenance prédictive.

Il y a trois ans, début 2016, Jean-Michel Cambot (qui fut l’auteur du logiciel à l’origine de Business Objects) avait réussi une première levée de 4,2 millions d’euros auprès des fonds Ventech, Runa, Soridec, Sferen Innovation, XAnge et d’investisseurs privés. Benoît Gourdon, cofondateur de Neolane et l’un des investisseurs, avait alors pris la présidence de Tellmeplus. Si la société avait son siège en Hérault, elle occupait également des bureaux à Chatou, en région parisienne. Côté effectifs, Tellmeplus est montée jusqu’à 30 salariés en 2018 mais l’équipe était redescendue à 14 au moment de la liquidation. Prochaine étape : la mise en vente des actifs par le liquidateur.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS