Fintech : Le crowdfunding a ouvert la voie en donnant aux Français le goût du risque

Les entreprises de crowdfunding ont sensibilisé les Français à la finance, un monde qui leur était souvent étranger.

Elles ont ouvert la voie à d'autres start-up de la fintech, qui permettent aux particuliers de placer intelligemment leur argent. 

Partager
Fintech : Le crowdfunding a ouvert la voie en donnant aux Français le goût du risque

Le monde du placement financier pour les particuliers est assez simple dans l'Hexagone : l'assurance vie capte une large part de l'épargne. 72% des Français avaient souscrit à ce type d'offres en 2015, selon une étude réalisée en janvier par l'institut de sondage YouGov France, sur un échantillon de 1002 personnes. Ils placent également leurs économies dans des plans d'épargne logement (67% des sondés) et d'épargne solidaire (67%).

Pour Guillaume-Olivier Doré, entrepreneur et financier qui a co-organisé l'évènement FinTech Bordeaux le 7 octobre, "les Français n'ont en général pas adopté le monde de la finance." "Il y a un véritable educational gap", confirme au cours d'une conférence Olivier Goy, qui dirige la start-up de crowdlending Lendix.

Familiariser les Français avec le risque

Mais le boom du financement participatif a fait bouger les lignes : "les entreprises de crowdfunding ont effectué un travail d'évangélisation auprès des habitants de l'Hexagone. Elles leur ont permis de se poser des questions simples : Où ai-je envie de placer mon argent ? Combien il me rapporte ?", analyse Guillaume-Olivier Doré. Olivier Goy est du même avis : "ces start-up ont contribué à familiariser les Français avec le risque, alors qu'ils y étaient rétifs il y a encore quelques années."

Retrouvez ici notre dossier : Le crowdfunding fait sa crise d'adolescence

Ces jeunes pousses ont ouvert la voie à d'autres types de fintech, qui permettent aux particuliers d'accéder de façon simple à des produits financiers complexes, grâce à une expérience utilisateur travaillée. Les start-up de robo-advising, par exemple, leurs permettent de gérer très finement leur portefeuille de produits financiers en fonction de l'actualité, de la météo, des cours du dollar et du rouble... via une simple application.

Ces entreprises ont fait leur apparition aux Etats-Unis dès 2010. FutureAdvisor, rachetée depuis par le géant américain de la gestion d'actifs BlackRock, a par exemple été fondée cette année-là. En France, il a fallu attendre 2013 pour que Fundshop, premier robo-advisor tricolore, voit le jour et puisse trouver son public. Sa plate-forme en ligne ne compte aujourd'hui que 2900 utilisateurs. Mais pour son fondateur, Léonard de Tilly, les potentialités sont énormes... avec un public sensibilisé à la finance.

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS