Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Gates, Ballmer, Nadella : jeux de pouvoir dans les coulisses de Microsoft

Le prestigieux mensuel américain Vanity Fair consacre un long récit aux coulisses de la transformation de Microsoft. L'article décrit notamment la lente dégradation des relations entre Bill Gates et Steve Ballmer, et les défis auxquels est confronté le nouveau patron Satya Nadella.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Gates, Ballmer, Nadella : jeux de pouvoir dans les coulisses de Microsoft
Gates, Ballmer, Nadella : jeux de pouvoir dans les coulisses de Microsoft © Microsoft

Dans son dernier numéro (en accès libre sur son site internet), Vanity Fair dresse un portrait croisé des trois hommes forts de Microsoft : Bill Gates, Steve Ballmer et le nouveau PDG Satya Nadella. Quels sont les jeux de pouvoir au sein du géant américain ? Comment la "rupture" du couple Gates-Ballmer a permis l'émergence inattendue de Nadella ? La journaliste Bethany Mc Lean a pu s'entretenir avec les protagonistes de cette saga et livre un récit détaillé des mutations opérées lors de la dernière décennie, dans un article titré "The Empire reboots" (qu'on pourrait traduire par "l'Empire redémarre"). Selon l'auteur, Microsoft s'est bâti sur une culture de la confrontation. Et ça lui a réussi lors que l'entreprise était jeune et petite, mais cela semé les germes de ses problèmes futurs".

Ballmer / Gates : le divorce

La journaliste qualifie les relations entre Bill Gates et Steve Ballmer de "longue romance" professionnelle. Et, comme dans beaucoup de couples, à la passion des débuts a succédé une forme de lassitude et d'impossibilité à communiquer. Vanity Fair évoque un diner à l'ambiance glaciale entre les couples Ballmer et Gates en 2001.

Steve Ballmer confesse dans l'article ne pas s'être senti totalement aux commandes de l'entreprise avant que Gates ne prenne du recul en 2008. Il s'est plus tard senti trahi lorsque sa proposition de rachat de Nokia a été une première fois rejetée par le board de l'entreprise, en juin 2013. Gates aurait tiré les ficelles en coulisses pour que le deal échoue, juge son successeur. En réponse, Ballmer a mis sa démission dans la balance, et le conseil a finalement validé l'accord. Puis personne n'a tenté de le retenir lorsqu'il a annoncé son départ surprise en août 2013. Depuis, les anciens amis ne se parlent plus.

Sur la stratégie mise en œuvre lorsqu'il était aux commandes, Ballmer confesse un échec : avoir concentré les ressources de l'entreprise sur le projet Longhorne (l'ancêtre de Windows Vista) au détriment des smartphones ou des navigateurs. "J'ai fait du mauvais travail entre 2001 et 2004, et la compagnie en a payé le prix" confesse-t-il.

Nadella, un nouveau style ?

Satya Nadella est-il différent de ses prédécesseurs ? Oui, selon la journaliste qui a interrogé de nombreux employés de Microsoft. "C'est un type bien, avec un large sourire qui ne peut pas être feint", écrit-elle. Le nouveau patron sera un facteur de calme et de stabilité, ajoute la journaliste. D'ailleurs, il a demandé aux hauts dirigeants de l'entreprise de lire un guide sur la "communication non-violente" et tente d'ouvrir Microsoft vers l'extérieur.

Déjà, lorsqu'il dirigeait la division serveurs, il avait introduit des méthodes non conventionnelles pour Microsoft. "Il était allé discuter avec des start-up pour leurs demander pourquoi elles n'utilisaient pas les produits Microsoft. Il a pris la décision d'augmenter les ressources de R&D allouées à Azure, le cloud de Microsoft, au détriment d'autres business bien installés et profitables".

Lisez le récit de Vanity Fair (qui explique aussi les coulisses du choix de Satya Nadella et les défis auxquels il est confronté) - article en anglais

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale