Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Google pourrait réduire sa commission sur les logiciels de sa marketplace cloud

Vu ailleurs Google semble suivre la stratégie de Microsoft concernant la commission sur sa marketplace Google Cloud Platform, qui recense des logiciels tiers. Celle-ci pourrait passer de 20% à seulement 3%. Un changement stratégique visant à renforcer son offre cloud et, à terme, réduire la dépendance d'Alphabet vis-à-vis de sa division publicitaire.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Google pourrait réduire sa commission sur les logiciels de sa marketplace cloud
Google pourrait réduire sa commission sur les logiciels de sa marketplace cloud © Alex Dudar/Unsplash

Après le magasin d'applications destiné aux particuliers sur Android, au tour de la marketplace cloud destinée aux professionnels ? Google semble vouloir réduire la commission qu'il prend lorsque des clients achètent un logiciel proposé par d'autres vendeurs sur sa marketplace cloud, rapporte CNBC le 26 septembre 2021. Google suivrait ainsi la stratégie mise en place par Microsoft qui a annoncé réduire sa commission de 20 à 3% en juillet dernier. La commission sur Google Cloud Platform passerait également de 20 à 3%.

Un changement tarifaire en cours
Cette stratégie visant à rendre Google Cloud plus compétitif a été impulsée par Thomas Kurian qui a été nommé CEO en 2019. Google, qui fait face à Amazon Web Services (AWS) et Microsoft Azure dans l'infrastructure cloud, tente d'attirer des éditeurs de logiciels indépendants pour vendre leurs produits sur sa plateforme cloud. "Notre but est de proposer la meilleure plateforme aux partenaires et les incitations les plus compétitives de l'industrie, a déclaré un porte-parole de l'entreprise à CNBC. Nous pouvons confirmer qu'un changement sur la structure tarifaire de la marketplace est en cours, et nous partagerons bientôt plus d'informations à ce sujet".

"Nos commissions sont uniquement destinées à compenser nos coûts opérationnels de facturation et d'exploitation de la marketplace", a expliqué Charlotte Yarkoni, COO cloud et intelligence artificielle chez Microsoft, à CNBC. Elle assure ne pas chercher à prendre une part des revenus de ses partenaires et ajoute que l'écosystème est un canal pour aider les partenaires à vendre leurs solutions.

Réduire la dépendance d'Alphabet à la publicité
Sur la marketplace Google Cloud, les clients peuvent trouver des produits provenant de sociétés comme Confluent, Elastic, MongoDB et Twilio. Mais, Google Cloud Platform ne récence pas des produits Accenture, Equifax, FactSet, Freshworks, HPE et Xilinx qui sont présents sur la markeplace AWS. Ce dernier facture des frais d'inscription de 5%, selon une estimation réalisée par des analystes UBS. La marketplace Amazon génère environ 1 à 2 milliards de revenus annuels.

Le changement de stratégie de Google vise à attirer plus d'activité cloud et réduire la dépendance du groupe vis-à-vis de la publicité. Google n'est pas encore parvenu à faire de sa plateforme cloud un grand pourvoyeur de profits pour sa société mère Alphabet. Au second trimestre, Google a déclaré 591 millions de dollars de pertes opérationnelles pour sa section cloud et des revenus à 4,6 milliards de dollars. Alphabet est encore très dépendant de la publicité qui lui rapporte près de 82% de ses revenus.

L'App Store aussi concerné
Les grandes entreprises technologiques ont réduit au cours des derniers mois les commissions qu'elles prennent sur leurs plateformes que ce soit pour les applications grand public ou les produits professionnels. Les régulateurs et autres gendarmes de la concurrence commencent à se pencher sur ces sujets.

En juillet dernier, Google a diminué le pourcentage qu'il gardait sur les achats réalisés sur son magasin d'applications Play Store. Ce pourcentage est passé de 30 à 15% pour le premier million de dollars de revenus qu'un développeur gagne chaque année. Une décision similaire a été prise par Apple. Dans le cadre de l'action en justice entamée par Epic Games à ce sujet, un juge californien a décidé ce mois-ci qu'Apple devait autoriser les développeurs à intégrer des liens pour rediriger leurs utilisateurs vers d'autres systèmes de paiement.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.