Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Google signe ses premiers accords avec la presse française pour la reprise de leurs contenus

Après des mois de conflit, Google a signé des accords individuels avec Le Monde, Courrier International, L'Obs, Le Figaro, Libération et L’Express pour la reprise de leurs contenus sur son moteur de recherche. Un accord cadre avec l'Alliance de la presse d'information générale, qui regroupe 305 journaux, devrait intervenir d'ici la fin de l'année.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Google signe ses premiers accords avec la presse française pour la reprise de leurs contenus
Google signe ses premiers accords avec la presse française pour la reprise de leurs contenus © Nathana Rebouças/Unsplash

Google a annoncé avoir signé plusieurs accords individuels, d'une durée de trois ans, avec des éditeurs de la presse française pour la rémunération de la reprise de leurs articles dans le moteur de recherche. Sont concernés Le Monde, Courrier International, L'Obs, Le Figaro, Libération et L’Express. Les montants négociés pour la reprise des contenus journalistiques n'ont pas été divulgués.

"Cette avancée permet de rémunérer les éditeurs de presse en France (…) selon des critères objectifs, transparents et non-discriminatoires, tels que la contribution de l’éditeur à l'information politique et générale, son volume quotidien de publication, son audience Internet mensuelle, ainsi que l’usage des contenus sur nos site", précise Google dans son communiqué.

Un accord cadre d'ici la fin de l'année
L'entreprise américaine précise qu'elle est également en discussion avec de "nombreux autres acteurs de la presse quotidienne nationale et régionale, ainsi que de la presse magazine". De plus, un accord cadre avec l'Alliance de la presse d'information générale (Agip), qui regroupe 305 journaux, devrait intervenir d'ici la fin de l'année.

Ces accords ouvrent l'accès "au nouveau programme de licence News Showcase", précise Google. Présenté début octobre dernier, ce nouvel outil permet aux éditeurs de presse de choisir la nature ainsi que la présentation de leur contenu lors de l'utilisation du moteur de recherche. Initialement lancé en Allemagne – où des accords ont été signés avec de grands groupes de presse comme Der Spiegel, Stern, Die Zeit – et au Brésil, News Showcase sera d'abord disponible sur les plateformes d'Android puis sur celles d'Apple.

La fin de plusieurs mois de désaccords
Cette annonce met fin à plusieurs mois de désaccords. Certains médias français se battaient pour que Google applique un nouveau texte européen qui reconnaît aux éditeurs et aux agences de presse un nouveau droit, appelé "droit voisin", qui leur permet d'être rémunérés quand il y a des reprises totales ou partielles de leurs contenus par les agrégateurs d'informations.

Pour contourner cette obligation, Google avait tout simplement modifié l'affichage de ses actualités en ne laissant que de simples liens avec les titres. A défaut, les médias pouvaient expressément mentionner à Google qu'ils souhaitent toujours apparaître dans le moteur de recherche mais sans être rémunérés. Face à cette situation, l'Agip avait déposé une plainte contre Google fin octobre 2019 devant l'Autorité de la concurrence pour abus de position dominante.

Un abus de position dominante
En avril 2020, le gendarme de la concurrence reconnaissait que les pratiques dénoncées par les syndicats d'éditeurs de presse et l'Agence France Presse (AFP) étaient bien "susceptibles d’être qualifiées d’abus de position dominante". A ce titre, il enjoignait Google de négocier avec les parties au contentieux. Début octobre dernier, la cour d'appel de Paris rappelait à la firme de Mountain View cette obligation de négociation de "bonne foi" avec les éditeurs de presse.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media