Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Guerre de la cartographie : Nokia Here s'attaque à Google Maps

La filiale du finlandais Nokia spécialisée dans la cartographie numérique règne actuellement en maître dans les systèmes de navigation embarqués dans les véhicules. Mais sa position est menacée par Google qui, via Android Auto, représente un sérieux concurrent. En attendant, Here Maps se lance à bras-le-corps à l’assaut du smartphone, chasse gardée de... Google Maps. Déjà disponible sur Windows Phone, le système de navigation de Nokia est désormais disponible pour les utilisateurs des Galaxy de Samsung et devrait prochainement être généralisé à l'ensemble des appareils Android et Apple. Le combat s'annonce sans merci.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Guerre de la cartographie : Nokia Here s'attaque à Google Maps
Guerre de la cartographie : Nokia Here s'attaque à Google Maps © Nokia Here

La guerre de la cartographie numérique est déclarée. D’un côté, un certain Google Maps, champion incontesté de la catégorie pour les recherches d’itinéraires sur ordinateurs et sur les supports mobiles via sa déclinaison en applications pour Android et iOS. De l’autre, Nokia Here se présente comme le leader de la cartographie embarquée.

Google Maps a été lancé en 2004 suite à l'acquisition de plusieurs entreprises dont Keyhole, qui avait développé une application "EarthViewer" qui sera rebaptisée "Google Earth". Un an après une première expérience de rendu photographique des rues par Microsoft (projet Streetside), Google démarre en 2007 son projet Street View avec au démarrage San Francisco, New York, Las Vegas, Miami et Denver. En 2014, ce service couvre plus de 3 000 villes dans 54 pays. L’acquisition de Waze en 2013 ajoute une dimension collaborative, notamment pour la gestion du trafic routier. Enfin, en juin 2014, Google a racheté la société Skybox Imaging pour disposer de ses propres images en haute résolution prises par satellites, faisant du géant américain la seule entreprise à avoir accès à ces données en temps réel. A fin 2013, Google avait enregistré au total près de 10 millions de kilomètres de routes.

Nokia revendique de son côté sa position de leader dans l'automobile. En Europe et aux Etats-Unis, 4 véhicules sur 5 équipés d’un système de navigation intégré au tableau de bord disposeraient actuellement de sa solution : Here. La division qui la développe est restée dans le giron du groupe finlandais, qui s’est recentré en tant qu’équipementier télécoms depuis la cession de son activité dans la téléphonie mobile à Microsoft en 2013. Pour créer Here, la marque du "connecting people" avait racheté Navteq en 2007, récupérant son expertise de plus de 20 ans dans le domaine de la cartographie et de la navigation ainsi qu'un portefeuille de clients comptant de nombreux constructeurs et équipementiers.

Au premier semestre 2014, plus de 6,1 millions de nouveaux véhicules ont été équipés de solutions Here, soit une augmentation de 25% par rapport à la même période l’année précédente. Nokia explique cette performance record par la signature récente de nouveaux partenariats, avec Volvo et Honda en particulier. Les cartes Here permettant la navigation, ce qui implique un niveau de qualité suffisant et une mise à jour régulière. Elles sont proposées aux automobilistes dans 96 pays, dont 42 avec un service de prévision de trafic.

Android Auto, prêt à embarquer

Depuis que Google a affiché ses ambitions dans le véhicule connecté, avec son système embarqué Android Auto intégrant Google Maps et qui devait apparaître d'ici début 2015 dans les premiers véhicules partenaires, le business de Nokia apparaît clairement menacé. Déjà que de nombreux conducteurs utilisent les services de Google via leur smartphones en voitures, l'entrée de l'américain au sein même du système embarqué risque en effet de faire de l'ombre à Here. Pourtant chez Nokia, on ne semble pas s'inquiéter de l'arrivée de la firme de Mountain View. "Nous mettons en avant nos qualités : une relation privilégiée avec de nombreux constructeurs clients depuis de nombreuses années et une technologie de pointe dans la cartographie 3D dans laquelle nous continuons d'investir", explique Bruno Bourguet, vice-président et directeur commercial de Here, interrogé au Mondial de l'auto.

Face à la puissance de Google, le dirigeant de Nokia Here explique disposer de plus de 80 000 sources d'informations pour réaliser ses cartes. Et le finlandais a le souci du détails avec des segments de route comptant plus de 200 attributs comme la largeur de la voie, les courbes ou encore l'altitude. Des paramètres qui sont recueillis par une centaine de véhicules parcourant un total de 50 000 kilomètres par semaine dans le monde et capables de collecter plus de 700 000 points dans un espace en 3D par seconde. Un point essentiel pour proposer des cartes techniques à des constructeurs et équipementiers qui souhaiteraient se lancer dans la course au véhicule autonome et ainsi rattraper l’avance prise par Google. "Notre business se concentre sur la cartographie, contrairement à Google pour qui ce n'est qu'un moyen parmi d'autres de faire gonfler ses revenus publicitaires, indique Bruno Bourguet, nous ne cherchons pas à monétiser les données des utilisateurs mais simplement à livrer un service de navigation performant"

Les ambitions de Here face à Google Maps

Here compte donc opposer une farouche résistance dans la voiture au géant américain... mais il se présente aussi désormais comme un outsider en puissance sur smartphones et tablettes. Les solutions de navigation de Nokia sont en effet déjà présentes sur les Windows Phone mais jusqu'à présent la part de marché limité des appareils mobiles de Microsoft ne lui donnait pas la possibilité de toucher un large public. Le lancement de l'application Here sur la boutique dédiée aux utilisateurs des Galaxy de Samsung, disponible depuis ce mercredi 2 octobre en bêta, représente une première étape importante de son expansion. A court terme, Nokia souhaite également proposer ses services à l'ensemble des utilisateurs d'Android et d'Apple avec des versions compatibles Android et iOS.

En prenant un peu de recul, on observe finalement une convergence des stratégies de Google et de Nokia Here : l'enjeu est d'accompagner l'utilisateur sur l'ensemble de son parcours, de son domicile à son lieu de destination, qu'il utilise sa voiture, marche son smartphone à la main ou assisté d'autres périphériques comme les wearables. Avec déjà 28 marques automobiles partenaires d'Android Auto (et autant pour la solution Carplay d'Apple), les constructeurs qui se montrent séduits par des services et des interfaces particulièrement populaires doivent prendre en compte le fait qu'ils sont sur le point d'abandonner à Google les précieuses données générées par leurs clients. Dans un autre secteur, Samsung l'a bien compris, et après avoir utilisé Android pour ses smartphones, le géant coréen souhaite aujourd'hui se démarquer avec son propre OS, Tizen. Pour savoir qui de Nokia Here ou Google Maps sortira vainqueur de cette guerre commerciale, ce sont donc bel et bien les constructeurs automobiles qui ont les cartes en main.

Julien Bonnet

La navigation hors ligne sur des cartes téléchargées, le petit plus du Here Maps de Nokia face à Google Maps (vidéo en anglais) :

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media