Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Harcèlement, démissions, Forward... Que se passe-t-il au sein d'Ubisoft ?

C'est la dégringolade pour Ubisoft qui a vu le cours de son action chuter de plus de 8%. La mauvaise santé financière du groupe français s'explique par deux actualités récentes : les accusations de harcèlement et d'agression sexuelles, qui a poussé trois dirigeants vers la sortie, et une conférence dont les annonces ont été jugées décevantes.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Harcèlement, démissions, Forward... Que se passe-t-il au sein d'Ubisoft ?
Harcèlement, démissions, Forward... Que se passe-t-il au sein d'Ubisoft ? © Ubisoft

Ubisoft a vu le cours de son action chuter de plus de 8% ce lundi 13 juillet à la Bourse de Paris. Cela représente un recul de près de 800 millions d'euros pour l'entreprise française de développement, d'édition et de distribution de jeux vidéo, estime Les Echos. Deux actualités récentes peuvent expliquer cette dégringolade : les accusations de harcèlement et d'agressions sexuelles, et son événement
"Ubisoft Forward", qualifié de décevant par les spécialistes du secteur.

Un remaniement d'ampleur face aux accusations
Il y a une dizaine de jours, Libération publiait une enquête dans laquelle une vingtaine de témoignages accusaient une douzaine de managers d'Ubisoft de harcèlement et d'agressions sexuelles. Les accusations visent particulièrement le numéro 2 de l'entreprise, Serge Hascoët. Face à ces déclarations, l'éditeur de jeux vidéo a ouvert une enquête interne mais a également décidé de procéder à un remaniement d'ampleur au sein de sa direction.

Ainsi, le directeur créatif a finalement choisi de démissionner. Son rôle est désormais assuré dans l'intérim par Yves Guillemot, PDG d'Ubisoft, annonce le communiqué publié le 12 juillet au soir. "Yannis Mallat, dirigeant des studios canadiens d'Ubisoft, quitte ses fonctions et la société avec effet immédiat. Les récentes allégations apparues au Canada à l'encontre de nombreux salariés ne lui permettent pas de continuer à assurer ses responsabilités", poursuit le communiqué. Enfin, c'est Cécile Cornet, directrice des ressources humaines, qui démissionne de son poste mais ne quitte pas l'entreprise. "Je suis plus que jamais déterminé à mettre en œuvre des changements profonds afin d'améliorer et renforcer notre culture d'entreprise", conclut le PDG d'Ubisoft.


Après ces accusations, c'est l'événement "Ubisoft Forward" – censé compenser l'annulation de l'un des plus grands salons de jeux vidéo l'E3 – qui a déçu les spécialistes du secteur. "Il y avait un manque en termes de qualité", analyse Charles-Louis Planade, expert jeux vidéo chez Midcap Partners, interrogé par Le Figaro. Il voit "un risque que le groupe n'arrive pas à sortir les cinq jeux triple A [jeux dotés des budgets de développement et de promotion les plus élevés, NDLR] " promis pour son exercice décalé 2020-2021 après les retards sur la production de trois titres majeurs – Gods & Monsters, Rainbow Six Quarantine et Watch Dogs Legion –  sur l'exercice précédent. 

Des résultats catastrophiques en 2019
Parmi les annonces, on peut tout de même retenir la sortie de Watch Dogs Legion prévue pour le 29 octobre 2020 et d'Assassin's Creed Valhalla le 17 novembre. Le champion français des jeux vidéo a également montré quelques visuels de Far Cry 6 dont la date de sortie est fixée le 18 février prochain. Il a par ailleurs présenté ses "free to play", dont Hyper Scape avec lequel Ubisoft entend concurrencer Fortnite.

Mais ce n'est pas la première fois que l'action du groupe français chute en bourse. En octobre 2019, l'action a perdu 29% de sa valeur suite à l'annonce de résultats catastrophiques. Ubisoft déclarait revoir très largement ses prévisions de chiffre d'affaires sur l'année, passant de 2,19 milliards d'euros à 1,45 milliards d'euros. Concernant les bénéfices, l'éditeur tablait entre 20 à 50 millions d'euros contre 480 millions d'euros initialement.

Pour expliquer cette situation, le groupe avançait que Ghost Recon Breakpoint et The Division 2 n'avaient pas rencontré le succès escompté. Il faut désormais espérer que le report des trois jeux, Watch Dogs Legion, Gods & Monster et Rainbow Six Quarantine, aura été bénéfique pour apporter la meilleure expérience possible et concurrencer les gros titres actuels comme Final Fantasy ou The Last of Us.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media