Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

HomeByMe, la killer app de l'immobilier ?

Le secteur de l'immobilier est au bord d'une grande révolution numérique et Dassault Systèmes compte bien en profiter. Le leader français de la conception 3D connaît depuis un an un beau succès avec HomeByMe, une solution gratuite de design d'intérieur pour les particuliers. Il s'agit d'une application web, simple d'utilisation, qui permet une configuration 3D très pointue (et hyper réaliste) de l'intérieur d'un logement. A travers ces maquettes, Dassault Systèmes veut conquérir l'ensemble de la filière : promoteurs, constructeurs, agences immobilières, fabricants de meubles, vendeurs de parquets ou de moquettes, artisans et autres.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

HomeByMe, la killer app de l'immobilier ?
HomeByMe, la killer app de l'immobilier ? © 3DVia

L'éditeur de logiciels Dassault Systèmes se consacre traditionnellement au marché B2B. Ses applications les plus célèbres (Catia et SolidWorks) sont utilisées par les industriels pour concevoir tout type d'équipements, de la chaise de bureau à l'avion de chasse en passant par la voiture et la centrale nucléaire. Mais l'entreprise s'attaque depuis peu au marché grand public sur un secteur où elle n'était pas attendue, l'immobilier, et elle y connaît un beau succès.

 

Le logiciel concerné s'appelle HomeByMe, et il permet aux utilisateurs de concevoir et modifier leur logement directement dans leur navigateur web. Cela peut sembler simple et pas forcément révolutionnaire, mais la force de HomeByMe est qu'il est gratuit, facile d'utilisation et surtout qu'il permet une personnalisation très poussée (sols, murs, meubles...) du projet. Pas besoin d'être un expert pour s'y mettre, n'importe qui le fait en cinq minutes. Et, fort de sa filiation avec l'ingénierie, tout est à taille réelle avec des mesures précises au millimètre près.

 

Un "passeport numérique" pour le logement

"Nous développons ce service depuis un an et demi, explique Marc Pavageau, vice-président de 3DVia, l'entité de Dassault Systèmes qui commercialise HomeByMe. Son concept est de permettre à l'utilisateur de fabriquer une maquette numérique de son domicile, existant ou en cours de construction, qu'il va conserver pour en faire le suivi au fil des ans."

HomeByMe, une histoire de famille

 

HomeByMe est issu du rachat par Dassault Systèmes de la start-up SquareClock fin 2012. L'entreprise avait été fondée par des anciens de Dassault Systèmes, qui sont au final revenus à la maison-mère afin de pouvoir prendre de l'ampleur. "Avant HomeByMe nous avions développé des applications pour les cuisinistes", révèle Marc Pavageau.

 

"Nous sommes allés vers ce sujet car les problématiques métier liés à la cuisine sont très complexes. Il y a plus de 150 règles à respecter, entre la configuration des meubles entre eux, les combinaisons de catalogues différents, la gestion des ouvrants... Nous avons développé des solutions qui évitent l’effet page blanche pour les consommateurs tout en respectant ces contraintes."

 

SquareClock a développé sa technologie en la vendant en marque blanche à des entreprises comme Castorama, Fly ou Lapeyre. Casto 3D en a été la première version. Puis la stratégie de marque a évolué en parallèle avec le rachat pour placer la maquette au coeur du parcours d'achat. "Nous pensons qu'on ne doit pas forcer le consommateur à refaire son plan à chaque fois qu'il s'adresse à un nouveau prestataire," assène Marc Pavageau.

 

Dassault Systèmes envisage HomeByMe comme une sorte de "passeport numérique" du logement, qui servira lors de toutes les interactions le concernant. D'abord les proches se mettre d'accord sur quoi faire, ou se rassurer avant un achat. Puis les professionnels, qu'ils soient agent immobilier, promoteur, constructeur, artisan, architecte d'intérieur, peintre, fabricant de meubles... "L'idée est de fédérer toute la filière du bâtiment autour de cette maquette," poursuit Marc Pavageau. Maquette qui, bien évidemment, est stockée exclusivement sur les serveurs de l'entreprise.

 

Une plateforme qui s'adresse à toute la filière

Car la stratégie de Dassault Systèmes ne s'arrête pas qu'à l'usage par les particuliers. "Nous sommes dans une logique de plateforme, reprend le dirigeant. Le site web est gratuit avec une limite d'usage (trois projets), ce qui nous permet de dissocier les particuliers des professionnels du secteur. Ensuite il devient payant. Les fonctionnalités restent les mêmes, mais sur des volumes plus importants." Des agences immobilières comme Foncia ou Lafôret sont déjà partenaires.

 

L'autre source de revenus provient des fabricants de mobilier. "Pour le moment, les marques se contentent d'alimenter le système en contenu. Nous le proposerons aux utilisateurs dans quelques mois. Elles paient pour être présentes dans notre base et pour pouvoir proposer des expériences HomeByMe sur leur site ou en pointe de vente avec un catalogue filtré pour ne contenir que leurs produits." HomeByMe a aujourd'hui une centaine de partenaires et son catalogue compte environ 18 000 produits dans le catalogue. Des chiffres qui "évoluent rapidement" d'après Marc Pavageau.

 

 

L'un des avantages d'appartenir à Dassault Systèmes pour HomeByMe est la perspective d'une intégration par défaut dans les logiciels de conception de l'entreprise. SolidWorks par exemple est utilisé par beaucoup de fabricants de meubles, et une option d'export d'une maquette 3D directement dans HomeByMe pourrait se révéler un avantage non négligeable. Marc Pavageau confirme. "Nous allons intégrer une connexion dans SolidWorks, ça va arriver cette année. C'est auss prévu pour Catia."

 

La réalité virtuelle, le futur du design d'intérieur ?

Côté technique, HomeByMe se veut innovant et bénéficie de ses racines dans la conception 3D. Outre l'option de visualisation par défaut, via une fenêtre web (en WebGL), 3DVia développe deux modes de visualisation en réalité virtuelle. Le premier est un mode "Cardboard" à destination des smartphones qui affiche une simple capture sphérique de la scène en 3D. Le second, qui est encore en cours de développement, utilise un casque haut de gamme HTC Vive et permet une interaction en 3D temps réel. "Nous démarrons sur un mode fonctionnel simple, et nous travaillons avec les partenaires les plus innovants pour l'étoffer. Dans ce domaine les promoteurs et les cuisinistes sont les plus matures, même si c'est aussi un sujet chez les autres."

 

L'avantage de la réalité virtuelle est aussi un sentiment de présence renforcé pour l'utilisateur, avec entre autres une gestion par le logiciel de l'exposition au soleil et de l'environnement extérieur. Il y a aussi un aspect configurateur, avec des scénarios de déplacement de meubles, de variations de meubles chez les fournisseurs, de revêtements de sol de types et couleurs différents, etc. Contrairement au mode Cardboard, qui s'adresse à l'utilisateur final, cette expérience se destine à des scénarios en agence pour le moment, 3DVia estimant qu'un nombre encore trop réduit de consommateurs en est équipé. Quant au GearVR de Samsung, Marc Pavageau confie qu'il n'a pas été traité spécifiquement jusqu'à présent, mais que cela se fera éventuellement.

 


Exemple d'une expérience web à 360°, visualisable sur Cardboard

 

L'entreprise cible ici aussi les vendeurs de meubles, les décorateurs d'intérieur et les promotteurs immobiliers. L'objectif est encore une fois de permettre au client de se projeter dans un logement avant d'effectuer ses choix (revêtements, baignoire, cuisine, etc.). "Chez Explorimmo, nos maquettes génèrent 40% d’appels en plus lorsqu'elles sont présentes dans les annonces, révèle Marc Pavageau. Ils ont carrément changé leur algorithme de recherche pour faire remonter en tête ce type d'annonces et ont intégré ce paramètre au filtre de recherche. Ça crée de l’engagement avec le client." Miliboo ouvre d'ailleurs le 30 mars un premier showroom et propose des bornes HomeByMe avec des coachs. Ils utilisent des Oculus Rift DK2 pour faire de la visite virtuelle.

 

Le marché de l'ancien, une moindre priorité

Questionné sur le marché de l'ancien, Marc Pavageau n'exclut pas de s'y adresser à plus long terme, mais ce n'est pas la priorité pour le moment. "La problématique pour ces acteurs est la qualification du besoin des clients. Ils veulent éviter d’avoir à visiter quatre ou cinq biens pour comprendre le style que recherche un client. Ils peuvent faire des pré-visites des biens en agence et n'aller physiquement que dans ceux qui correspondent. Le problème est que les technologies de scan 3D ne sont pas suffisamment précises à date. Cela viendra peut-être avec la démocratisation de Google Tango, mais ça prendra du temps. On y croit mais ce n’est pas encore prêt."

 

Plus d'un million de projets déjà créés

Avoir un concept prometteur est une chose, mais ça ne garantit pas une viabilité économique. Dassault Systèmes se montre néanmons confiant. "Nous sommes très satisfaits pour le moment au niveau financier. Nous avons passé le million de projets créés en décembre 2016, et on dénote une accélération du nombre de créations dans le temps, ce qui indique que la popularité de l'outil augmente et pas l'inverse. Et nous constatons que les utilisateurs reviennent et s’en resservent." Au-delà des chiffres, Dassault Systèmes lorgne le marché potentiel. "La maison, c'est une problématique qui touche toute la population âgée de 20 à 80 ans. On cherche à révolutionner ce secteur, à en enlever l'aspect anxiogène. Le marché est très large et nous avons une grosse perspective de croissance."

 

 

L'entreprise est d'autant plus confiante qu'elle s'estime relativement peu concurrencée. "Des outils de planning et de rendu, d’expérience, il y en a plein. Des outils de configuration de meubles aussi. Mais ceux qui intègrent tout ? Il n'y en a quasiment pas, et c'est ce qui fait notre force."

 

Une ambition internationale

3DVia ne limite pas ses ambitions au marché français. "36% des utilisateurs de HomeByMe sont français à l'heure actuelle, dévoile Marc Pavageau. Viennent ensuite l'Espagne et les Etats-Unis, même si HomeByMe n'est pas officiellement disponible dans le pays car elle n'y a pas de partenaires. "Nous nous concentrons sur le marché européen, sur lequel nous nous sommes lancés il y a environ 9 mois. Le logiciel est disponible en français, anglais, allemand et espagnol."

 

A plus long terme, HomeByMe pourrait aussi s'étendre à d'autres marchés comme l'architecture d'intérieur, ou à d'autres scénarios que la maison : restauration, bureaux, salles de spectacles, etc. "Plusieurs clients utilisent déjà l'application pour ce types de scénarios non prévus, et cela nous a bien sûr donné des idées", commente le dirigeant. Les équipes de Marc Pavageau travaillent également avec des casques Microsoft HoloLens sur des usages en réalité augmentée, mais sans application commerciale de prévu pour le moment.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale