Jawbone, apôtre de la technologie à porter... se porterait mal

Le magazine Fortune a enquêté sur la santé financière de l'un des leaders des objets connectés : l'américain Jawbone. Visiblement, la start-up, qui ne réalise pas de profit depuis sa création, accumulerait les dettes. Faux départ pour le marché des objets connectés ?

Partager
Jawbone, apôtre de la technologie à porter... se porterait mal

L'américain Jawbone est l'un des leaders du marché naissant de la "wearable technology", aux côtés de Fitbit et Pebble. Créée en 1999 à San Francisco sous le nom Aliph, la société qui conçoit des bracelets de suivi d'activités, des écouteurs et enceintes audio, n'est pourtant pas encore un succès financier. La start-up qui compte 450 salariés ne communique pas sur ses résultats, mais le magazine Fortune a enquêté sur sa situation financière.

accumulation de dettes

Il en ressort que la société est loin d'être profitable et aurait du mal à payer certains de ses fournisseurs, malgré les 400 millions de dollars levés depuis sa création (elle est valorisée 3 milliards de dollars). La preuve : en août dernier, l'entreprise Flextronics a saisi la justice pour faire constater l'accumulation de 20 millions de dollars d'impayés. Dans sa plainte, le fournisseur déclare que son "partenaire" a justifié ses retards de paiement par "sa situation financière précaire". Dans ce même document, Flextronics affirme que les dirigeants de Jawbone ont reconnu que la situation financière de l'entreprise était périlleuse et qu'elle ne disposait pas des ressources suffisantes pour payer ses dettes.

Officiellement, Jawbone minimise ses difficultés, et explique à Fortune que le conflit avec Flextronics a été rapidement réglé, et qu'il s'agissait simplement d'un problème de communication entre les deux partenaires. Mais le journal affirme que d'autres fournisseurs ont dû subir d'importants retards de paiement de la part de Jawbone.

Miser sur la data

Les difficultés, réelles ou supposées de Jawbone, démontrent que tout n'est pas rose sur le marché naissant des objets connectés. Les coûts de développement et de fabrication élevés empêchent un retour sur investissement rapide. Les sociétés les plus précoces sur ce terrain, qui ont brûlé beaucoup de cash alors que le marché n'était pas encore mature, en paient aujourd'hui le prix. Il leur faut donc lever toujours plus d'argent auprès de fonds d'investissement et business angels pour tenir, en attendant l'envol du marché.

Jawbone, de son côté, travaille à diversifier ses sources de revenus, et vient de lancer une marketplace où sont vendus des objets connectés d'autres fabricants. Le pionnier de la technologie à porter mise aussi sur l'exploitation des données générées par ses objets pour trouver des relais de croissance. Mais là encore, être l'un des premiers sur un marché n'est pas forcément gage de succès.

Lire l'article "How 'precarious' are Jawbone's finances?"et l'enquête sur le business de Jawbone sur le site de Fortune

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS