Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Kalray réinvente le processeur embarqué

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Kalray réinvente le processeur embarqué
Kalray réinvente le processeur embarqué

Les applications embarquées gourmandes en calcul, comme le traitement vidéo, audio ou de sécurité, ont trouvé leur chaînon manquant : le processeur MPPA (multi-purpose processor array) de Kalray. Cette société implantée à Orsay (Essonne) a été créée en 2008 par Joël Monnier, qui fut le patron R & D de STMicroelectronics de 1989 à 2004. Le processeur combine jusqu’à 1 024 cœurs optimisés dans une puce, afin de fournir le maximum de puissance de traitement avec le minimum d’énergie.

L’opportunité

Le marché potentiel des solutions de traitement dans l’embarqué atteint 16 milliards de dollars (près de 12,5 milliards d’euros) dans le monde, selon Kalray.

Développé avec les laboratoires List et Leti du CEA, il est protégé par 45 brevets. Selon Kalray, il comble un vide sur le marché en s’adressant aux applications de 10 à 1 000 pièces exigeant à la fois une grande puissance et une faible consommation. "Aujourd’hui, on a le choix entre deux solutions inadaptées. D’un côté, l’Asic, circuit spécifique, trop long à développer, trop cher et risqué. De l’autre, le circuit programmable de type FPGA, trop gourmand en énergie et pas assez puissant."

Le premier MPPA disponible comprend 256 cœurs. Cadencé à 400 MHz, il délivre une puissance de traitement de 500 milliards d’opérations par seconde pour une consommation de 5 W. "Par rapport à un processeur quadricœur haut de gamme d’Intel, il multiplie par quatre la capacité de calcul tout en divisant par dix la consommation", explique Joël Monnier. Fabriqué en gravure de 28 nm chez le taïwanais TSMC, il réunit 2,8 milliards de transistors sur une puce de 0,3 mm2. Kalray emploie 55 personnes et partage un labo de 30 personnes avec le CEA-Leti à Grenoble. Il compte parmi ses clients Thales, Renault et Ateme. Joël Monnier a l’ambition de porter son effectif à 200 personnes et son chiffre d’affaires à 100 millions d’euros en 2017 (contre environ 1 million en 2012). Encore faut-il trouver les 16 millions d’euros pour commercialiser le MPPA.

Ridha Loukil

L’innovation

Le processeur MPPA se distingue par son architecture massivement parallèle. En combinant jusqu’à 1 024 cœurs à 400 MHz, il répond aux besoins d’applications embarquées réclamant une grande puissance de calcul, ainsi qu’une faible consommation d’énergie. Il est optimisé pour réduire le travail de développement d’application.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale