Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Kyomed joue l'intégrateur dans l'e-santé

Avec ses six salariés, la start-up Kyomed entend jouer le rôle d’intégrateur pour aider les entreprises à développer des solutions innovantes dans l’e-santé et la médecine personnalisée.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Kyomed joue l'intégrateur dans l'e-santé
Kyomed joue l'intégrateur dans l'e-santé © jfcherry - Flickr - c.c.

Pour son premier anniversaire, le 3 avril dernier, Kyomed a inauguré son Living Lab en présence d’Axelle Lemaire, la secrétaire d’État chargée du Numérique, et de représentants de grands industriels : PSA, Alcatel, IBM, Orange Healthcare, Sanofi.

L’innovation

En ouvrant son premier Living Lab, Kyomed, fondé par Daniel Laude (photo), a voulu jouer la carte du partenariat, signant des accords avec quinze autres Livings Labs français. Il conduira des études multicentriques en appliquant ses méthodologies dans des hôpitaux, des Ehpad, et même la mairie d’une commune rurale.

La force de la start-up montpelliéraine est de savoir unir les compétences. Un atout pour se faire une place dans la santé numérique, secteur prometteur qui peine à se structurer. Kyomed, financé par cinq actionnaires publics et privés (collectivités locales et regroupements de PME), est issu du projet CR2i DiagnosTIC Santé, lauréat du programme d’investissements d’avenir en 2013. Avec ses six salariés, la start-up entend jouer le rôle d’intégrateur pour aider les entreprises à développer des solutions innovantes dans l’e-santé et la médecine personnalisée.

Elle s’appuie sur ses plates-formes technologiques : identification et développement de biomarqueurs (ces indicateurs utilisés dans le diagnostic et le suivi des traitements), plate-forme informatique pour recouper les données issues d’analyses médicales et des objets connectés mesurant la santé. Sans oublier le Living Lab, un plateau d’évaluation pour tester l’ergonomie, la fonctionnalité et l’acceptabilité des solutions.

"Pour que ce marché de l’e-santé se transforme en réalité, nous voulons co-concevoir avec les usagers", explique Daniel Laune, le président de Kyomed, ancien cadre dirigeant dans le diagnostic. Kyomed a ainsi reproduit un appartement avec salon, cuisine et cabinet médical, où il a pu accueillir pour son premier projet 60 patients et 60 professionnels de la santé. Durant une heure, chacun a pu tester le prototype d’un pilulier connecté développé par un grand groupe. Avec cinq projets cette année, Kyomed vise 500 000 euros de chiffre d’affaires, après avoir enregistré 70 000 euros en 2014.

Gaëlle Fleitour

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale