Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'accélérateur grenoblois Startup Maker lance son propre studio d'innovation

Jusqu’à présent accélérateur et financeur de start-up dans la région grenobloise, Startup Maker souhaite développer ses propres concepts en interne. Et va lancer une levée de fonds début novembre.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'accélérateur grenoblois Startup Maker lance son propre studio d'innovation
L'accélérateur grenoblois Startup Maker lance son propre studio d'innovation

Connu pour son drone Hexo+ de Squadrone et une levée de fonds réussie au cours de l’été de plus de 3 millions d’euros pour poursuivre son développement, Startup Maker a annoncé une réorientation de ses activités. Pour Gérald Crescione, l’un des fondateurs de la société grenobloise, il s’agit de s’appliquer à eux-mêmes les fondamentaux jusqu’à présent transmis au sein de leur accélérateur de start-up. "L’implication n’est pas la même si ce n’est pas votre propre projet, avance-t-il. En étant meneur de bout en bout, nous pouvons orienter notre stratégie au fur et à mesure".

 

Après le succès des drones de Hexo+

Surfant sur le succès de leur drone, l’équipe des six fondateurs développe actuellement un nouveau concept de caméra, sous-marine, avec pour ambassadeur le champion d’apnée Guillaume Néry. Compagnon de plongée autonome, iBubble permet à Start-Up Maker de tester l’attractivité du marché pour le produit, tout en continuant d’avancer sur les aspects technologiques du concept.

 

Lean investissement

Depuis sa création en décembre 2013, Startup Maker se définit comme une structure de lean investissement qui propose un accompagnement itératif auprès de start-up. A chaque étape du développement de la société, le fonds se réserve le droit d’arrêter son soutien si la nouvelle société n’a pas réussi à identifier de clientèle dans les trois premiers mois, à générer de chiffre d’affaires dans les six mois suivants, à boucler un premier tour de table au bout de douze mois. Un processus itératif qui permet, selon Christophe Baillon, l’un des fondateurs de Startup Maker, "de gaspiller moins de capital". Et de ne pas bercer d’illusion certains porteurs de projet.

 

Lever un million d'euros

Pour ces nouvelles activités de "studio", la SAS à capital variable lance une levée de fonds à partir du 1er novembre et vise le million d’euros. Une somme qui lui permettra notamment, d’embaucher deux à trois salariés à temps plein afin de bénéficier de capacités d’exécution en interne dans les domaines du développement web, informatique et du graphisme. Son objectif : tester cinq projets au cours de l’année prochaine en vue de créer une start-up par an. 

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale